CIVILISATION ; UN OBSTACLE ?

paysage mauveOn se trouve aujourd’hui confronté à 2 obstacles importants dans notre développement, obstacles que nous n’avions pas à gérer à l’origine : 1er l’emprise du système sur le monde qui limite notre accès à des communautés écologiques de vie, à un contact étroit avec la nature et à une famille stable qui vit sainement en contact étroit avec la nature ; 2e les conditionnements et les programmations du système qui limite de plus en plus notre liberté de vivre et de penser.

Ce système nous gère depuis la naissance et même avant la naissance. La plupart des êtres qui cherchent à se libérer et à vivre selon leurs consciences n’ont pas pris toute la mesure de l’influence intérieure et extérieure de la bête (système ou civilisation technocratique mondiale) sur leurs vies. Ils sont ainsi victimes inconscientes des forces discordantes qui sont à détruire le monde naturel. De ces influences nocives, de notre propre ignorance des vérités premières cachées volontairement par le système et des dégradations mentales, émotionnelles et cellulaires qui en résultent viennent d’innombrables obstacles au développement holistique de notre conscience. Même ceux qui en sont conscients n’échappent pas à ces dégradations. Il n’est pas évident de comprendre les rouages internes et externes de la bête et il est souvent très déprimant de s’y pencher. La plupart des êtres vont fuir dans les distractions, la pratique spirituelle, les dépendances, le travail ou autres activités épuisantes pour éviter de regarder en face le visage démoniaque de la bête. Il est difficile de le regarder surtout qu’une partie de ce faciès morbide est en nous !

Comment faire pour évoluer malgré ces obstacles et transformer ce monde pour que les enfants des générations futures aient un monde sain ? Chacun à sa propre voie à marcher, son propre sentier de beauté à parcourir et mes mots ne sont que des balises suggérées sur ce chemin. J’ai eu des aides et des circonstances qui ont facilité ma compréhension et je chemine allégrement depuis toujours sur ce sentier de libération, ainsi je pense que mes quelques lumières sur la question peuvent aider.

La première conscientisation qui importe de faire ou d’avoir, est celle que la société technocratique, la technologie, ses machines et ses outils, ne sont ultimement pas nécessaire à la vie, aux besoins fondamentaux de l’être humain, ni à son confort ou à son développement. Cela est très difficile à comprendre puisqu’aujourd’hui nous ne savons plus vivre en harmonie avec la nature sans ces outils. Comment concevoir une vie en harmonie avec la nature si nous ne l’avons jamais vue ni jamais ressentie ? On ne connaît plus la nature, on prends notre eau du robinet, on va chercher notre nourriture au super marché et notre corps ne sait plus nous réchauffer par temps froid, on doit chauffer les maisons qui nous abritent contre ce que nous appelons maintenant les intempéries.

Nous venons de la nature. Depuis des millions d’années l’être humain vit en harmonie avec la nature, a été créé au sein de cette nature et à l’origine son corps était parfaitement adapté à cette nature dont il était l’expression la plus consciente et créatrice. La théorie de l’évolution n’est qu’une autre programmation erronée du système. Il faut comprendre que nous avons été créés parfaits dès le début par le Grand Esprit ce qui explique notre libre arbitre et notre pouvoir de création. Nous sommes les seuls parmi les êtres vivants sur terre à bénéficier de ces attributs.

Au contact de la nature tout le potentiel de notre corps s’éveille, car toutes ces capacités d’adaptation sont encodées dans notre ADN. C’est ainsi que toutes nos capacités physiques d’adaptation à la nature se développent. Nous sommes alors en mesure de vivre au sein de cette nature sans besoin de technologie. La technologie devient une béquille, une prothèse pour suppléer actuellement à ces habiletés qui ne se sont jamais développées puisque nous n’avons jamais été en contact étroit avec la nature dans des communautés et des familles qui savaient y vivre. Ainsi, les muscles (lire ici habiletés naturelles) lorsqu’ils ne sont pas utilisés, s’atrophient ! Mettez un être civilisé dans la nature aujourd’hui et il est complètement perdu. Pourtant, les autochtones de tous les continents, qui apprécieraient particulièrement de pouvoir continuer à y vivre à la manière de leurs ancêtres, y sont tout à fait confortables.

Il faut comprendre que toutes les parties de l’être sont liées et que si le corps s’atrophie il en est de même pour nos émotions. À preuve de cela, dans le monde moderne nous voyons un taux de désunions des couples qui dépasse le 50 %. Nous voyons une détresse émotionnelle extreme qui crée des phénomènes inexpliqués tels les tueries spontanées où des gens qui semblent ordinaires se mettent à tirer sur tous ceux qu’ils peuvent, et autres phénomènes semblables. Aussi il faut comprendre que si nous vivons au sein de la nature toutes nos capacités émotionnelles, mentales et spirituelles se développeront davantage et nous serons beaucoup plus heureux et beaucoup plus complets.

J’ai toujours compris cela et j’ai à quelques occasions été témoin de personnes qui ont subitement réalisé que ces technologies que nous utilisons tous les jours sont en fait la source de tous nos problèmes. Cette réalisation dans tous les cas fut une libération incroyable donnant à ces êtres une vision éclairée du monde actuel qui leur a insufflé une grand renouveau. Alors, c’est le premier pas… Il est certain que le processus de retour vers la nature prendra des générations… mais ce premier pas déjà donne un sens à nos vies et nous remplit de joie. La vie a un sens, une direction, de l’espoir et notre être commence déjà à mieux se développer.

Nous devons accepter que nous n’avons pas ce qu’il faut pour vivre en harmonie avec la nature actuellement, mais que c’est notre responsabilité, notre devoir, notre mission, notre rôle d’y travailler pour 1er développer le plus possible nos capacités à vivre avec la nature et 2e préparé un monde qui saura transmettre ces capacités aux générations futures. Sur ce sentier il est légitime et nécessaire d’utiliser les outils du système. Anastasia le dit, ainsi que Sun Bear, ce grand homme médecine qui fut un mentor pour moi et qui fût précurseur de la nouvelle terre dans ses enseignements et ses écrits. C’est une évidence de toute manière, on ne sait pas vivre sans ces outils aujourd’hui, ainsi il faut les utiliser. Mais notre vision, notre compréhension doivent être que c’est un mal nécessaire et temporaire. Les béquilles et les prothèses que sont toutes les technologies sont adaptées à nos handicaps vis-à-vis la nature, mais on doit être en processus de guérison, de rétablissement, de retour vers la santé parfaite de celui qui vît dans l’harmonie naturelle au sein de la terre-mère.

Si nous comprenons notre nature divine, que notre perfection intrinsèque est reflétée par notre libre arbitre et notre pouvoir de création, si nous comprenons que le monde a été créé pour nous et que nous en sommes les dieux et les déesses, nous verrons qu’à terme il est contre nature de devoir travailler. Travailler pour gagner sa vie est une programmation et un conditionnement transmis par la bête, et ils sont abjects et faux ! Dans la nature tout pousse et devient mûr au moment où nous en avons le plus besoin. Autrefois la main savait les cueillir sans même devoir y penser, comme la respiration. C’est une loi originelle que toute la nature est à notre service, même les animaux et les éléments, alors, travailler ? C’est notre condition d’esclaves du système, obligés de payer des taxes et des impôts à la bête afin de bénéficier de ses technologies, technologies qui détruisent le monde naturel de plus en plus rapidement, qui fait que nous sommes astreints au travail. Alors, il faut assumer et retourner ses outils vers la construction de la nouvelle terre. C’est l’intention avec laquelle nous utilisons le système qui en valide la légitimité. Et pour cela il faut comprendre que la bête est condamnée à mourir, s’étant elle-même bouffé les entrailles en voulant réduire en esclavage ce qui est divin, l’Homme et la Femme, héritiers de la terre et de mère Nature.

Paix, Joie, Amour et Lumière

Aigle Bleu

1 réflexion au sujet de “CIVILISATION ; UN OBSTACLE ?”

  1. Encore une fois merci Aigle pour pour l’éclairage que tu apportes sur les mécanismes de notre société et cette vision issue d’un engagement de longue date.
    Aborder le sujet de l’ombre nous ébranle tous, plus ou moins. Grâce à ta manière de de l’aborder, tu ne manques jamais d’y joindre une lumiere issue des enseignements des peuples natifs et de la nature.
    Depuis l’origine des temps lorsque l’homme à créer un outil il a pris le risque d’en devenir esclave. L’objet et devenu maître, non par la volonté de l’objet mais par la confusion de l’utilisateur entre l’intention et les moyens.
    Effectivement la « bête  » justifie les moyens sous prétexte d’atteindre une fin prédéterminée.
    Mais au fond, nous avons conscience que ces moyens influes sur la fin, cause effet cause effet….
    Que de Com-promis pour qu’une intention puisse se matérialiser effectivement.
    Qu’elle surprise lorsqu’une parcelle de cette intention semble se dévoiler et que nous constatons n’être qu’un acteurs parmi tant d’autres, à ce moment là ta définition de la co-creation prend sens.
    Effectivement les ombres nous fond peur, mais comme tu l’exprimes si clairement dans tes enseignements, nous sommes les promoteurs de nos propres peurs.
    En écrivant ses quelques lignes un petit oiseau est venu picorer le tronc du tilleul. Le petit oiseaux n’a pas de nom, et le tilleul est nommé ainsi par convenance, mais lui même ne se nomme pas. Il est, au-delà des mots. il est mon maître et mon conseillé, lorsque je suis disposé à l’écouter.
    Paix et gratitude
    Merci Aigle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.