LE CYCLE LUNAIRE DE LA FEMME

Allo Véronique,

Ces états tiennent au fait qu’il n’y a pas eu d’initiation au caractère sacré de la femme à l’apparition des premières lunes.

La jeune femme qui reçoit et vit sa première lune, dans toutes les nations autochtones, est accompagnée dans la découverte de l’aspect sacré de cette phase dans son cycle, qui fait d’elle une personne pouvant co-créer avec le Divin une nouvelle vie sur Terre. Elle découvre donc cela comme quelque chose de sacré, de grand, de ressourçant, qui participe à la nature même de la divinité dans le monde. C’est là une expérience extrêmement riche, profonde, puissante, qui donne pouvoir à la femme et lui permet d’acquérir le sens d’une fierté, d’une responsabilité, d’une importance, qui fait qu’elle a énormément de respect pour elle-même. Et du fait, à chaque fois que ce cycle revient, ces mêmes émotions sont réactivées à l’intérieur de la personne. C’est donc vécu comme quelque chose de grand, qui va l’inspirer, et produire une ouverture et une communion avec le monde dans lequel on vit.

Les femmes dans le monde occidental n’ont pas vécu cette expérience. La première lune est vécue comme un désagrément, les jeunes filles ne sont pas préparées par les femmes qui l’ont elles-mêmes vécue comme un désagrément. J’ai entendu dans le monde occidental une terminologie désignant la femme dans sa lune comme « indisposée », « dans le rouge », « malade », autant d’expressions qui dénigrent cette phase extrêmement importante et extrêmement riche dans la vie de la femme.

Autrefois, les femmes portaient des jupes pour donner directement leur sang à la Terre Mère. Cette phase était reconnue dans la communauté par la loge de la lune, endroit où les femmes allaient pour se ressourcer et partager avec les autres femmes. Ce lieu était interdit aux hommes. Elles étaient donc reconnues par tout le monde autour d’elles dans leur participation avec les forces vives de la nature. Donc elles ne pouvaient pas vivre cela comme un désagrément.

Aujourd’hui, les femmes ont l’impression de perdre de l’énergie, de perdre leur sang, de perdre quelque chose. Autrefois c’était un partage. Ce qui était donné à la Terre était reçu comme un temps de vision, de méditation, de ressourcement et de partage. C’était un état de réciprocité et le temps de repos dans la loge de lune donnaient inspiration, calme et partage avec d’autres femmes, donc conseils, accompagnement, aide etc. Dans le monde moderne cela n’existe plus. D’où les douleurs, les dérèglements dans le cycle, les symptômes pré-menstruels, la fatigue, etc.

Cependant il existe un moyen de corriger cela aujourd’hui: en vivant le rituel que les femmes vivaient autrefois à la puberté pour reconnaître leur nature sacrée. J’ai déjà accompagné des femmes, ayant de 25 à 65 ans, dans ce rite pour honorer leur nature sacrée et faire ce qui aurait dû être fait au moment opportun. « Il n’est jamais trop tard pour bien faire », comme dit l’adage.

Je donne un cycle de sept jours pour les rites de passage au mois d’août de chaque année.  Surveillez le calendrier du blog pour plus d’informations.

Même sans vivre ce rite si la femme prend du temps pour elle à chaque cycle, si elle infuse cette période de son cycle avec un sentiment sacré, de beauté, si elle sait ainsi se respecter, il y a de grandes chances qu’elle vive cela tout à fait différemment.

Aigle Bleu

images.jpg

2 réflexions au sujet de “LE CYCLE LUNAIRE DE LA FEMME”

  1. Bonsoir , j’ai lu cet article avec intérêt , il m’a permis de retrouver dans ma mémoire ces temps particuliers . J’ai toujours été en joie de voir ce sang couler , j’aimais son odeur que je reconnaitrais encore aujourd’hui (plus de 13 ans après ) Il m’est revenu en mémoire aussi ce jour où j’ai , en conscience , offert mon sang à la Terre , ça a créé un lien entre Elle et Moi .
    Très belle nuit Que ta vie soit douce
    Merci
    Martine

  2. Bonjour Aigle Bleu,

    Merci Aigle Bleu pour la richesse de vos articles. C’est Bonheur de vous lire.
    Lorsque ma fille a eu ses premières règles j’ai fait de cette journée un moment particulier, où je lui ai expliqué le cycle féminin et fait le lien avec le cycle lunaire , l’importance des règles, je lui ai parlé de mes premières règles, de la douleur et de cette douleur comment la traverser, l’importance de prendre un temps pour elle à ce moment là je lui ai fait des petits cadeaux (une serviette et un gant rouge, une pierre de lune un soin….) je lui ai écrit une lettre pour lui transmettre ce que j’avais appris à ce sujet là.
    Actuellement elle vit ses règles de manière sereine, quand la douleur est là je l’accompagne au mieux, je suis attentive à elle à ce moment là.
    Pour ma deuxième fille, elle a eu ses règles quand elle était chez son père, je n’ai pas prit le temps de lui écrire une lettre, ce rituel je ne l’ai pas vraiment fait. Elle vit ses règles un peu plus difficilement. Mais je sais qu’il faut que je me prenne ce temps pour ses prochaines règles,que je m’occupe d’elle à ce moment là, que je lui réexplique ce qui se passe en elle et que cela fait parti de sa vie de femme, c’est naurel et que je lui écrive une lettre.
    C’est étrange mais cela me manque de n’avoir pas prit ce temps avec elle, et ‘il faut absolument que je m’en occupe.

    Belle journée à vous, du bonheur plein le coeur.

    Forêt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.