LE SOLSTICE D’HIVER, NOEL ET LES CÉLÉBRATIONS TRADITIONNELLES

33 Noël a un impact social et commercial tellement considérable en Amérique du Nord, que rares sont ceux qui ne le fêtent pas, ne fût-ce que dans son aspect séculier. Beaucoup de Premières Nations ont accepté les enseignements de Jésus Christ, dans lesquels elles puisent espoir et inspiration. Elles célèbrent Noël comme la plupart des Chrétiens à travers le monde.

C’est aussi la période du solstice d’hiver et pour ceux qui ne célèbrent pas Noël, cela reste néanmoins un temps de célébration. Quant au Nouvel An, en réalité dans notre tradition il débute le jour du solstice d’hiver, qui marque le moment où les jours commencent à devenir plus longs. Une nouvelle année commence. Cependant, là aussi, à cause de l’impact socio-économique des fêtes du Nouvel An en Amérique du Nord, rares sont ceux qui ne fêtent pas ce jour.
Je voudrais citer ici un extrait de mon livre qui s’intitule Le Sentier de la Beauté :

« Trois mois après l’équinoxe d’automne vient le solstice d’hiver, qui donne lieu à la Fête de la lumière intérieure. Nous vivons alors les journées les plus courtes et les nuits les plus longues de l’hiver. C’est la période de l’année où les forces de l’obscurité ont le plus de pouvoir. C’est le temps, pour le guerrier de lumière, de manifester ses qualités. Nous voulons incarner la lumière intérieure qui va briller et vaincre l’obscurité. Cette cérémonie comporte vingt-quatre heures de veille et de vigile. Une personne pratique devant l’autel toute la nuit et d’autres gardent le feu sacré.

Je me souviens d’une année où le froid était tellement intense que les arbres craquaient. Le givre se déposait tout autour des troncs d’arbres et des branches. Le lendemain matin, le paysage s’était paré de l’éclat de mille diamants. Quand le soleil s’est levé, la nature s’est illuminée d’innombrables arcs-en-ciel minuscules. Je n’étais pas chaudement vêtu cette nuit-là et je devais garder le feu toute la nuit. Ma chienne, qui n’est plus de ce monde, était alors avec moi. Je l’avais couchée sur mes genoux et l’abritais sous une couverture pour nous réchauffer. C’est d’elle que j’ai appris comment survivre au froid. Même sous les couvertures, elle avait froid. Elle tremblait, puis se détendait, tremblait, puis se détendait. Alors j’ai suivi son exemple. Je tremblais, ce qui provoquait de la chaleur, puis je me détendais et la chaleur me remplissait. La nature est toujours là pour nous enseigner comment faire.

Durant cette nuit de veille, nous éteignons tous les feux dans nos maisons. Nous cherchons et cueillons un sapin qui représente l’année qui vient, le nouveau cycle qui commence. À partir du jour du solstice, la lumière va aller en augmentant et les jours vont rallonger. La lumière à l’intérieur de nous est en relation avec la lumière à l’extérieur de nous. C’est la période de l’année où les forces de l’obscurité sont les plus fortes, et cette étape marque le début du retour de la lumière. Nous choisissons un sapin qui symbolise la nouvelle année, jeune, équilibré et beau. Avec beaucoup de prières et de cérémonies, nous le ramenons à la maison. Nous coupons les quatre branches du bas et nous en servons pour balayer l’ancienne année. Nous nous promenons partout dans la maison en chantant et en balayant l’air avec les branches de sapin, sur les murs et autour des objets. Nous brûlons ensuite ces branches dans le feu sacré et les énergies de l’année qui se termine se consument. Nous installons notre arbre à la place d’honneur et le garnissons de nos souhaits pour l’année à venir. C’est une belle célébration avec les enfants. Nous créons une magie sympathique par des représentations visuelles que nous plaçons comme décorations dans le sapin.

Pendant la nuit qui suit, les hommes gardiens du feu vont cultiver l’attitude du guerrier, l’attitude de celui qui garde la lumière toujours vivante. C’est le feu de la conscience, le feu de la veille, notre dévouement pour acquérir de la sagesse pour le plus grand bien des tous les êtres. Le symbole du feu est celui de la victoire de la lumière et de notre divinité que nous cultivons en étant éveillés et vigilants.

Le lendemain matin, après notre lutte contre le sommeil et les forces de l’obscurité, la lumière revient dans le monde. Le guerrier a vaincu les forces de l’obscurité, c’est la victoire de la lumière, c’est l’illumination qui remplit le monde avec la clarté de l’éveil. Nous célébrons alors le lever du soleil près du feu sacré. Ses braises serviront à rallumer les feux dans les maisons. Ce sera un feu nouveau, celui de la victoire. Il réchauffera non seulement nos maisons, mais apportera à nos vies une lumière spirituelle. Pour terminer, un festin. Nous l’avons bien mérité. Bien que ce soit la plus courte des cérémonies de changement de saison, elle en demeure l’une des plus intenses. »

Tous mes meilleurs vœux pour un lumineux temps de réjouissances!!

Aigle Bleu

6 réflexions au sujet de “LE SOLSTICE D’HIVER, NOEL ET LES CÉLÉBRATIONS TRADITIONNELLES”

  1. Bonjour mon frère !

    Merci, merci, merci, l’humanité se réveille d’un long et profond sommeil, elle sort de cette prison d’illusion et le vraie sens de la Vie vient caresser les consciences de plus en plus chaque jour…pour revenir au Coeur du Coeur de La Source, là où finalement on n’est jamais parti;

    Nous chérissons nôtre chère Mère-Terre nourricière avec plus d’attention, enfin ! et tu y as participé avec une tel engagement, merci !

    Oui merci tu nous rappelles que ce solstice d’hiver marque le début d’une nouvelle année en ce monde, doublé de cette belle pleine lune qui nous insuffle plus de douceur…

    Je te souhaite de joyeuses et fraternelles fêtes de fin de cette année 2018 si particulière.
    .
    Depuis le Sud de la France , je pense souvent à vous nos « cousins » bien aimés, et à ma fille et petits enfants venus vivre par chez toi proche des Terres Amérindienne.
    Agapé Aigle Bleu et à vous tous,
    Bénédiction à toute l’humanité et tous les règnes de la Vie !

  2. Merci Aigle Bleu,
    tu nous permets de découvrir la symbolique de bien des choses qui nous échappent. Les cérémonies amérindiennes sont au de-là de ce temps.
    Je te rends grâce.

  3. Merci Aigle Bleu pour ce partage. Je trouve ce moment tellement merveilleux bien que je ne sois pas amérindienne. Par ce que tu nous dévoiles j’ai L’impression d’y être et d’en faire partie comme si une partie de moi reconnaissait cet enseignement magique et merveilleux, simple et sans intervention de nos traditions commerciales. Merci merci merci. Je te bénis Aigle Bleu

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.