LE CORPS PHYSIQUE ET LA SANTÉ

 J’ai préparé ici un extrait de mon livre La Philosophie de la Nature . Je trouve important que cette information de base se trouve disponible gratuitement ici. Pour les autres aspects de l’être humain, le corps emotionnel, le corps mental, le corps spirituel, l’âme, l’esprit et la conscience, lire le livre 🙂 !

 

Le corps physique est l’outil avec lequel nous interagissons avec la nature. Le corps vient de la nature, il a été formé sur terre et tous les éléments terrestres informent le corps de ses potentialités. Ces potentialités sont très vastes et le plus souvent automatiques, c’est-à-dire qu’il n’est pas nécessaire de passer du temps à les apprendre puisque leurs apprentissages s’effectuent simplement en vivant.

Ex. — Prenons un exemple déjà discuté : si le corps est exposé à différentes températures dans la nature, il apprendra lui-même à gérer ces variations, soit en refroidissant sa peau par la sueur ou en la réchauffant de diverses manières sans que la pensée ne s’en préoccupe.

Ainsi, il est essentiel pour le plein développement du corps humain dont les potentialités sont liées à la vie terrestre, de vivre en plein air sur une base régulière dans des activités diverses comme le jardinage, la cueillette d’herbes, fruits et légumes, l’aménagement des lieux de vie, etc. autrement bien des capacités du corps physique ne pourront s’exercer et se maintenir. Progressivement elles s’atrophieront, minant ainsi ultérieurement notre confort au sein du monde naturel en plus d’affaiblir nos fonctions corporelles. Pour manifester une santé optimale, nous devons développer toutes nos capacités.

Ex. — Même si nous mangeons les meilleurs aliments, il importe de pratiquer l’activité physique sans quoi nous rencontrerons tôt ou tard des problèmes de santé.

Les membres des civilisations technocratiques actuelles, hormis une petite minorité de gens éveillés, ne comprennent pas bien les principes leur donnant la santé. Avec le résultat que, ce qu’ils connaissent à défaut de connaître la santé, c’est la maladie. Faut-il réellement s’en étonner puisque l’apanage des soins de santé dans ce système est uniquement dévolu aux médecins et leurs corporations? Ceux-ci sont soutenus par les pharmaceutiques, parmi les compagnies les plus riches du monde actuel, qui s’emploient activement à limiter l’exercice des soins de santé au seul personnel médical officiellement reconnu par les gouvernements. Leurs lobbys, ainsi que les faiseurs d’image publique et d’endoctrinement des masses, sont gigantesques et très bien financés. Leur intérêt : entretenir la maladie, car ils en tirent d’énormes profits. Ce n’est donc pas un hasard si les besoins de base du corps physique sont rarement évoqués par les médecins qui, la plupart du temps, se limitent à nous prescrire un médicament.

En effet, dans ce système, chaque maladie a son médicament. Tous sont des produits chimiques qui ne sont plus dans leur état naturel. Ils ont tous des effets secondaires. La plupart ne guérissent pas les maladies, mais en diminuent ou annulent les symptômes. À moyen et long terme, ils intoxiquent le corps et créent d’autres maladies qui requièrent alors d’autres médicaments.

Avant la venue des Européens, ils y avaient très peu de maladies en Amérique. Une étude en ethnomédecine avait établi qu’il existait environ 86 maladies avant la colonisation. Les maladies contagieuses que portaient les Européens ont d’ailleurs fait des ravages dans les populations aborigènes partout sur terre. Le système immunitaire de ces nations ne reconnaissait pas les virus que portaient les Européens, microbes résultants d’un mode de vie très malsain. Il est documenté que 90 % de certaines nations amérindiennes sont décédés de ces maladies dans les premières années de contact.

Comment ces pathologies se sont-elles installées dans les sociétés européennes ? Le système, par le biais des églises catholiques d’Europe au Moyen-Âge, a tué avec l’inquisition et diverses autres méthodes de génocide, tous ceux qui portaient la sagesse de la santé, la spiritualité de la nature et la connaissance simple des herbes médicinales. Le plus souvent, ces personnes ont été accusées de sorcellerie et brulées sur des bûchers. Il s’en est suivi une dégradation de la santé de la population en général et plusieurs épidémies de peste. Privés de la sagesse des anciens pour leur apprendre à vivre sainement, les Européens venus en Amérique avaient un mode de vie très malsain et portaient plusieurs maladies contagieuses auxquelles leurs organismes s’étaient habitués en développant des anticorps. Ce que les autochtones n’avaient pas encore.

Ex. — Le nombre de maladies actuellement documentées dans les livres de médecines se chiffre près de 130 000 et de nouvelles apparaissent chaque année.

Autrefois, il n’y avait pas de médecin ni d’hôpitaux, car nous n’en avions pas besoin. La santé c’est l’état naturel de l’être humain. La maladie est une déviation de la norme. Plus on s’éloigne de la nature, plus on se soumet aux signaux d’alarme encodés dans notre organisme — lui aussi un être naturel — qui nous avertit que nous nous éloignons du mode de vie enseigné par la création. La maladie est la cloche d’alarme qui nous dit : reviens à la nature !

Le corps physique sait comment se guérir. Si nous donnons au corps les bons aliments, les bonnes conditions de vie et éliminons les polluants, nous retrouvons naturellement la santé.

N’oublions pas que le corps physique vient de la terre et qu’il retourne à la terre puisque nous appartenons tous à la terre et que la terre nous appartient. La santé du corps physique influe sur tous les autres corps ainsi que sur la pensée. Il est donc primordial dans la philosophie de la nature de bien examiner comment fournir une santé optimale au corps physique.

La santé, ce n’est pas sorcier et ne nécessite pas un cours universitaire pour être maintenue. Chaque personne peut facilement comprendre les principes de base de la santé et les appliquer dans sa vie quotidienne. Si nous présupposons l’attitude bienveillante du Grand Esprit à notre égard, le bon sens nous rappellera que la santé est simple et naturelle. Vous verrez en lisant les principes qui suivent que plusieurs coulent de source et qu’en fait vous les connaissiez déjà, mais que malheureusement le monde qui vous entoure ne se préoccupe pas de ces choix de vie.

 

1e principe de base de la santé : l’alimentation.

 

Hippocrate, réputé être le père de la médecine moderne, a dit : que l’aliment soit ton médicament et que ton médicament soit ton aliment. » Le fondement de la santé c’est ce qu’on ingère et le plus près de la nature nous sommes, le plus près nous approcherons de la santé. C’est pourquoi beaucoup d’experts de la santé par l’alimentation préconisent une alimentation crudivore. On y explique, avec raison, que sur les 19 millions d’espèces vivantes qui composent la planète terre, une seule croit qu’il faut faire cuire ses aliments. Malheureusement, faire cuire la nourriture en réduit considérablement la teneur en vitamines, minéraux organiques et enzymes. Les vitamines sont détruites, les minéraux deviennent inorganiques et les enzymes qui sont nécessaires à la digestion, puisque vivants, sont tués par la cuisson. Une personne en bonne santé peut se permettre jusqu’à 20 % d’alimentation végétale cuite sans tomber malade, mais la personne avec des défis de santé aurait intérêt à respecter le 100 % si elle veut se rétablir. Ensuite, la nourriture est plus saine si elle est végétalienne (sans aucune protéine animale tels la viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers), puisque les protéines animales se putréfient et produisent beaucoup de toxines dans notre organisme. Notre système digestif n’est pas conçu pour digérer les protéines animales. Nous devons éviter les produits chimiques et les aliments transformés comme nous l’avons expliqué précédemment. Ainsi, seuls les produits biologiques peuvent nous protéger contre les effets nocifs des OGM, pesticides, herbicides et engrais chimiques utilisés dans l’agriculture industrielle. Les produits biologiques et ceux garanties par l’étiquette sans ogm sont les seules garanties que vous n’intégrez pas d’organismes génétiquement modifiés dans votre assiette.

Si nous comprenons le principe du premier paragraphe de ce chapitre, voulant que le corps vienne de la terre, qu’il est renforci et informée par les éléments naturels, nous trouverons logiques la découverte de l’Institut de Santé Hippocrate indiquant que les aliments les plus anciens sont les plus bénéfiques. C’est pourquoi les algues et ensuite les herbes (consommées le plus souvent en jus puisque notre dentition dégénérée ne sait plus les broyer efficacement) prennent une place de choix dans l’alimentation de l’institut. Ainsi, l’alimentation de l’être humain aurait avantage à être composée d’une alimentation végétale biologique crue.

Évidemment, il y a ici plusieurs particularités. Mentionnons rapidement les pousses et les germinations qui ont un potentiel nutritif incroyable et qu’il est aisé de faire pousser dans la maison. Ajoutons aussi qu’il est important d’éviter de manger trop de fruits et de toujours les manger à jeun puisqu’ils contiennent beaucoup de sucres et qu’ils empêchent la digestion des autres aliments. Selon certains experts il ne faudrait pas consommer des fruits plus de 3 fois semaine, le matin à jeun. Bref, il est de nombreux détails dans ce domaine qui ne seront pas abordés ici. Ce qui est toutefois important ici c’est de définir clairement les principes de base de la santé et l’alimentation est l’un de ceux-ci. Il existe de nombreux volumes qui pourront alimenter les curiosités et questionnements de ceux qui voudraient mieux connaître l’alimentation crudivore végane. Et il existe aussi de très nombreux volumes qui vous expliquent, chiffres à l’appui, que l’alimentation carnée du monde moderne est une source très importante sinon la plus importante, de maladie, de pollution, de guerres et de destruction de l’écologie.

Ex. — Nous sommes naturellement végétaliens comme l’exemple suivant, avec sa touche d’humour, le démontrera. Si nous donnons à un bébé une pomme et un lapin, pensez-vous qu’il va manger le lapin et jouer avec la pomme ?

Ex. — L’alimentation carnée nécessite de vastes territoires pour nourrir et faire vivre les animaux destinés à la boucherie. Une famille à l’alimentation végétalienne peut subvenir à tous ses besoins avec seulement un hectare de terre cultivée en biodiversité.

 

2e principe de base de la santé : l’eau pure

 

Nous devons boire de l’eau pure en quantité suffisante. Vous pensez peut-être que cela est facile, mais en fait c’est très compliqué aujourd’hui puisque l’eau des robinets n’est pas pure ! Elle est peut-être stérilisée et sans vie, mais elle est malheureusement très polluée ! Demandez à ceux qui distillent l’eau du robinet ce qu’il en reste dans la cuve après sa distillation. L’odeur est atroce et ils y retrouvent de tout, même des vers et autres parasites. Une autre des conséquences du « système » c’est la dégradation progressive de la qualité des eaux.

La meilleure eau actuellement, hormis celle qui est naturellement filtrée par la terre, est celle qui est distillée. Une autre méthode pour purifier l’eau est un système de filtres d’osmose inversée. L’eau ainsi purifiée par ces deux méthodes n’a plus de vie, par contre. Il faut la restructurer ou l’activer, processus pour lesquels il existe plusieurs méthodes. Celle qui ne requiert rien d’autre que des bocaux à ouverture large est la suivante : remplissez un tel bocal d’eau purifiée ; exposez-la pendant trois heures au soleil et ensuite trois heures à l’ombre. Les bactéries naturelles reviendront alors dans l’eau et elle redeviendra vivante. Certains sages amérindiens me disaient que lorsque l’eau coule sur les roches sur plus de 100 mètres elle est purifiée. Bien sûr, l’eau dans les lacs naturels est vivante. Autrefois, nous pouvions boire l’eau presque partout, dans les ruisseaux, les rivières et les lacs.

3e principe de base de la santé : air pur

 

De l’air pur.  L’air ambiant de nos maisons et immeubles est plus pollué que l’air extérieur au centre-ville d’une grande métropole… à moins d’avoir des appareils spécialisés pour en purifier tous les polluants. Il ne reste que dans la nature où l’on peut trouver de l’air pur. C’est donc important, même en hiver, d’ouvrir les fenêtres. Différentes conditions donnent un air très vivifiant comme la présence des montagnes pour leurs grandes quantités de granite, de grands arbres anciens, les forêts de conifères, la proximité de la mer pour son eau salée, les chutes d’eau et les cascades. Il est salutaire d’aller marcher et bien respirer dans de tels environnements puisque la respiration nous nourrit beaucoup plus que tous les autres modes d’alimentation. Nous pouvons cesser de manger de la nourriture solide pendant des mois, arrêter de boire de l’eau pendant des jours, mais il est impossible d’arrêter de respirer ne serait-ce que quelques minutes. Aussi, l’air doit circuler, bouger, ce pour quoi la mode actuelle voulant que nous installions des échangeurs d’air dans nos maisons est pertinente. La présence du vent et ressentir le vent donne des indications importantes sur la nature de la pensée et de l’esprit. Ceci est aussi un sujet de méditation qui contribue à augmenter la clarté de nos perceptions.

 

4e principe de la santé : l’exercice

 

De l’exercice. Nous devons mettre le corps en mouvement tous les jours et même chercher à améliorer les capacités musculaires et l’endurance du corps. À cet égard, même les médecins vous diront qu’il faut suffisamment d’activité physique et d’exercices quotidiennement. Le niveau d’activité physique pratiqué naturellement par les gens vivant dans la nature contraste grandement avec celui des citadins tapant au clavier toute la journée et qui peinent à se motiver pour s’entrainer dans un gym. Une illustration claire des carences liées à une vie dite civilisée. L’obésité, les problèmes cardiaques et un système immunitaire affaibli sont parmi les nombreux problèmes que suscite le peu d’activité physique. C’est une caractéristique d’un mode de vie où la plupart de tâches usuelles sont accomplies par des machines. Une bonne masse musculaire augmente la clarté de la pensée et la mémoire comme cela a été démontrée dans de nombreux écoles.

 

5e principe de la santé : le sommeil

 

C’est impératif, nous avons besoin de suffisamment de repos et de sommeil. Dans la nature, les gens suivent naturellement les cycles du jour et de la nuit et bénéficient ainsi toujours de suffisamment de sommeil. Ils ont aussi un mode de vie très détendu où il y a peu de stress. Pierre Rahbi[1] disait que l’on ne voit jamais un paysan courir ! Actuellement, beaucoup de citadins ont de graves problèmes de sommeil et les ventes de somnifères et produits connexes ont explosé au grand bonheur des pharmaceutiques.

L’être humain a besoin de 7 à 9 heures de sommeil par nuit. Trop dormir (plus de 9 heures) fatigue l’organisme  et pas assez (moins de 7h) affaibli l’ensemble des fonctions physiques et diminue l’acuité mentale.  Travailler de nuit et même de soir entraine des conséquences sur la santé. Et la qualité du sommeil importe également.

 

6e principe de la santé : du soleil

 

Du soleil ! Qui n’a pas ressenti les immenses bienfaits d’exposer son corps nu aux chauds rayons du soleil ! Selon de nombreuses études scientifiques, il est prouvé que de nombreux bienfaits sont directement liés à l’exposition aux rayons du soleil. Parmi ceux-ci, mentionnons l’effet sur l’humeur. En hiver, chez les citadins des pays nordiques qui sortent peu à l’extérieur, les ventes d’antidépresseurs et autres médicaments similaires augmentent beaucoup en hiver. En conséquence, il serait plus profitable de pallier à cette carence avec des moyens plus naturels, car ces médicaments amplifient les problèmes d’humeur à long terme et peuvent créer des dépendances aux médicaments, lesquelles dépendances développent d’autres problèmes. Par exemple, une alternative bien connue : regarder le soleil peut nourrir le corps de ses rayons et est possible au lever et au coucher du soleil lorsque l’atmosphère atténue la force de ses rayons.

 

7e principe de la santé : passion pour la vie

 

De la passion ! Une raison pour vivre ! Nous avons besoin d’une motivation profonde qui nous anime et nous fait vibrer. Comprendre le sens de la vie et notre place au sein de la communauté et de l’univers fournit cette motivation. D’où les nombreux rites de passage effectués par les peuples aborigènes partout sur terre. D’où le besoin aussi de réfléchir périodiquement, dans la solitude, à sa vie et ce qu’on veut en faire. D’où le besoin enfin d’un soutien psychologique d’amour et d’amitié qui coule de source et se vit au sein de la famille et de la communauté dans un contexte naturel.

 

***

 

Chacun de ces principes qui sont essentiels pour la santé du corps physique ferait l’objet de plusieurs volumes. Mais ici, le but consiste à comprendre que le corps physique a une sagesse et une intelligence innée. Le corps sait se guérir et n’a pas nécessairement besoin d’une intervention médicale pour retrouver la santé puisque ce sont les circonstances de la vie qui l’ont éloigné de la santé inhérente à la fondation de toute forme de vie. Pour se guérir et recouvrer la santé, éliminons les toxines et les polluants de notre environnement, nourrissons-nous convenablement en répondant à tous les besoins et principes ci-dessus mentionnés.

La science médicale vient en aide en dernier recours. Elle est sans pareil lorsqu’il s’agit de poly-traumatologies (multiples blessures graves – grands brûlés- maladies chroniques sévères menaçant la vie) et pour les diagnostiques. Mais traiter les maladies communes se fait beaucoup plus facilement et à moindre coût sans effets secondaires lorsque nous utilisons produits naturels, naturopathie et autres approches alternatives.

[1] Un des plus grands écologistes de France.

3 réflexions au sujet de “LE CORPS PHYSIQUE ET LA SANTÉ

  1. Bonjour Aigle Bleu, j’ai apprécié de vous lire d’autane plus que depuis un an maintenant je ne consomme que des produits bio et crus en jus de préférence et ma santé est meilleure chaque jour. Mes allergies disparaissent. Ma thyroïde est en voie de guérison. J’allie le tout avec le sport : musculation, yoga et bien sûr méditation. Quand je pousse le bouchon un peu trop loin, mon corps sait très bien me le rappeler. Ainsi j’apprends à m’ecouter de plus en plus. Merci pour cette jolie lecture.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.