COMMENT COMPRENDRE LA LOI DU KARMA Question -réponse

Question: Dans un magnifique texte présenté comme une canalisation de Josuah, sur la guérison et les thérapeutes, j’ai lu qu’il ne faut pas nécessairement chercher à combattre la souffrance dans le monde, même lorsque nous sommes choqués ou horrifiés par certaines injustices.
Josuah dit par exemple : « La compassion, la compassion véritable, remplie d’amour, n’est pas la pitié, mais le respect ». Puis il évoque le choix qui a été fait par les âmes de ces enfants qui meurent de faim, et il explique que nous ne pouvons voir qu’un fragment de leur histoire, et que cette expérience a un sens dans leur cheminement personnel et spirituel, donc nous ne devons pas forcément chercher à intervenir.
Il dit également que l’Homme a reçu le libre arbitre, et que c’est la raison pour laquelle il expérimente les forces obscures, la souffrance, le mal, etc. Il dit que le fait d’expérimenter le mal est le seul moyen d’accéder à la conscience de ce qui est bon et pur, que sans ces expériences, nous jouirions de la perfection sans le savoir ; également, que ce processus dans lequel nous sommes engagés, où nous nous incarnons et expérimentons des choses dans notre chair, où nous nous confrontons aux extrêmes, fait partie du processus de créativité qui est propre à l’Homme.

Je me souviens avoir lu un passage dans l’un de vos articles sur le karma, qui explique et justifie nos expériences sur la terre. Mais, à nouveau, si nous lisons les enseignements d’Anastasia, le karma ne semble pas réellement un concept pertinent ; oui, les événements sont la conséquence d’événements antérieurs, la faute originelle a conduit à la perte de notre pureté et de notre bonheur originels ; mais Anastasia ne semble pas donner crédit à cette notion de karma, mais plutôt penser que nous avons été éloignés du juste chemin pendant des milliers d’années, et que lorsque nous aurons retrouvé ce chemin, chacun pourra de nouveau connaître le bonheur éternel. Dans ce contexte, le karma semble une invention de plus créée par l’Homme pour expliquer des phénomènes qui sans cela le laisseraient complètement dépourvu.
Quelle est votre propre compréhension de ces notions ?

AB : Le karma est une loi de l’univers, la conséquence de nos actes, la loi de cause et d’effet. Anastasia ne conteste cette loi à aucun moment. Mais elle souligne le fait que nous sommes responsables de nos actes, et qu’il est de notre responsabilité de transformer les circonstances qui mènent à une telle souffrance. Elle explique comment de telles choses ont pu se produire, afin que nous ayons la compréhension qui nous permette de trouver les antidotes à l’ignorance et à l’obscurité.

Je n’apporte que peu de crédit à ces soi-disant «channellings» ou « canalisations ». Je parle toujours en mon nom propre, et j’assume la responsabilité de ce que je dis, sans avoir besoin de m’appuyer sur des entités extérieures pour accéder à la sagesse, bien qu’il soit possible de recourir à ce procédé. Lorsqu’il m’arrive de poser une question ou deux à mes ancêtres, je m’appuie alors sur ma propre sagesse, pour décoder et valider l’information que je reçois, puis la mettre à l’épreuve dans ma vie afin de vérifier sa pertinence par l’expérience. Ainsi, si je partage cette information, elle sera le produit de ma sagesse personnelle, de mon discernement et de ma propre exploration. Il me semble dangereux et irresponsable de professer des enseignements qui viennent d’autres entités, comme si nous n’étions que des médiateurs de leur sagesse supérieure. Il ne s’agit pas ici de souveraineté spirituelle, mais, à mon sens, de dépendance. Encore une fois, au risque de me répéter, nous ne devons pas être paresseux, mais trouver par nous-mêmes ce qui est juste, en contactant notre propre sagesse primordiale, présente à l’intérieur de chacun de nous.

Pour conclure, je ne remets pas en question la validité de ce qui est dit dans ce texte, mais ce n’est en réalité rien de nouveau. Ce qui est nouveau, c’est la possibilité de prendre notre destin entre nos mains et de changer les circonstances qui créent nos souffrances. Plutôt que de les accepter comme inévitables, ce qui n’est pas juste, il nous revient de prendre en main notre destinée d’Hommes sur la belle et puissante terre-mère.

Paix et lumière,

Aigle Bleu

5 réflexions au sujet de “COMMENT COMPRENDRE LA LOI DU KARMA Question -réponse”

  1. Bonjour Aigle Bleu,
    J’aime à venir parfois chercher quelques suggestions d’idées, afin de trouver à avancer sur ma voie avec l’humanité.

    Il me semble qu’actuellement, pour ne plus trop faire de notre cerveau un organe qui réponde à nos directives, mais un organe qui sait créer avec amour.

    Sans vraiment une grande discipline, car la nature sait souvent bien nous diriger, nous pouvons créer beaucoup de beauté.

    C’est juste un essai d’avancement dans notre évolution humaine globale.

    Bien coeurdialement.

  2. Merci Aigle Bleu de cet « ajustement » ; je partage entièrement votre position concernant le channeling, et pour ma part, il y a une chose que j’aimerais partager : je suis de confession chrétienne orthodoxe [ce qui ne m’empêche en aucun cas de m’intéresser aux autre spiritualités, et notamment au chamanisme qui me semble la mère de toutes les spiritualités]. Dans la spiritualité chrétienne orthodoxe le concept de péché originel n’est pas dramatisé ni dévoyé comme chez les autres chrétiens, on va même dire qu’en fait il est expliqué tout’ autrement. Le péché originel, ou seul et unique péché (et non pas originel dans un sens qui induit une sorte de notion de temps et de trajectoire de l’espèce humaine toute entière et sans distinction, mais qui du coup reste dans une permanente actualité qui fait que chacun peut se sentir concerné, mais sans culpabilisation outrancière), cet unique péché, donc, c’est la croyance en la séparation de l’Etre humain d’avec Dieu, [le Créateur,Père/Mère, l’Esprit, La Source, appelez-le, appelons-le, comme il nous convient]. Tout le « reste » n’étant en fait que « conséquences », et effectivement, dans cette vision-là des choses, il est aussi mis l’accent sur le libre-arbitre donné à l’Etre Humain, ainsi que la « valeur » d’entretenir l’intimité avec Dieu, qui est à l’intérieur de chacun de nous, de même qu’il est en chaque élément de la création toute entière. Le choix de la « Lumière » est ainsi sans cesse un ouvrage à remettre sur la planche, car nous n’avons jamais fini de peaufiner notre âme, de l’aiguiser…..et ce faisant, notre proximité dans l’intimité avec notre Parent Divin devient de plus en plus grande…. transforme notre rapport à nous-mêmes, ainsi qu’au monde extérieur, et participe de l’élagage dont l’Humain a si besoin pour alléger ses propres souffrances et vicissitudes.
    Je me sens ainsi énormément en résonnance avec beaucoup de ton enseignement de la sagesse.

    • Effectivement cette vision est plus juste et rejoins les enseignements du bouddhisme tibetain et celle d’Anastasia. L’illusion d’être séparé de Dieu est la déformation unique la plus dommageable et qui doit être traité en faite comme une maladie, celle de l’âme, qui est source des problèmes écologiques et humanitaires du monde actuelle. Merci de ton partage.

  3. Magnifique,
    Merci Aigle Bleu de ce petit rappel. En effet, je me repose souvent la question et ta réponse me remet en harmonie avec mon intériorité. Je pense simplement que nos choix sont primordiaux et que l’acceptation de notre vécu permet de se réaliser véritablement.
    J’en profite pour te remercier grandement pour tous ces messages de Sagesse que tu nous transmets. Namasté. Marie-France

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.