DANS UN MATIN ÉTERNEL

Le matin se lève sur la mer d’une conscience sans nuages.  Toute la nature attend le soleil dans un silence éveillé d’une tranquillité infinie. Les moments s’écoulent comme le chapelet du moine entre ses doigts, comme l’eau d’un ruisseau parmi les roches.  Les rêves de la nuit s’effilochent comme nuages dans un vent de lumière.

Le monde des hommes aveugles continue son activité malgré cette lune qui brille d’un éclat majestueux.   Il est comme le cheval harnaché, muni d’œillères qui lui cache la vérité, avançant sous le fouet de la machine argent.  Mais le matin continue à se lever et tous seront instruits des chants de la vie. Ceux qui n’entendent pas ne vivront pas sur le corps de la grande déesse majestueuse avec ses vallées et ses monts d’une beauté à tressaillir d’émoi.

Va, va, âme de l’univers, va, va, conquérir le monde des hommes aveugles qui n’ont pas compris … qu’ils puissent enfin retrouver la demeure où leurs yeux s’ouvriront et leurs cœurs enfin pleurer de retrouver leur famille éternelle.

 

lupine-gele 

 

9 réflexions au sujet de “DANS UN MATIN ÉTERNEL”

  1. Merci Aigle Bleu pour la beauté de ton écrit.
    Cela me touche et cela me donne l’audace d’être à l’écoute de ce qui m’anime.
    Forêt

  2. Magnifique !!! Je l’ai lu à haute voix à ma famille et j’en ai ressenti la vibration profonde. J’ai été prise d’une émotion intense. La justesse des mots est si expressive de la réalité. Merci Aigle Bleu pour ce magnifique texte.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.