ENCORE ET TOUJOURS – LE JARDINAGE

 

DSC02352-copie-1.JPGAnnie écrit avoir hâte de lire la suite à l’article sur le jardinage.  Je voudrais bien… mais je suis néophyte dans ce domaine. J’ai toujours vibré en communion avec la nature et mes talents me permettent de trouver assez rapidement des solutions aux problèmes du jardin. Mais je me suis mis à jardiner depuis quelques années seulement.  J’avais aussi fait un jardin lorsque j’étais dans la vingtaine et il était tellement surprenant qu’un journal local en avait pris une photo lors d’un article sur mon travail. Nous avons toujours eu un jardin à la maison.  (Attention, en Europe jardin veut dire la cour ici jardin veut dire le potager.) Mais, hormis ces petites expériences je connais que peu de choses.  Par contre, je vais partager ce que je sais, car ce sont des informations qui ne se retrouvent pas souvent dans les livres sur le jardinage.

 

La première chose qui me parait importante et qui fait partie de la démarche naturelle c’est d’observer ce qui pousse déjà sur le terrain et de favoriser ce qui est utile.  Plusieurs plantes médicinales et comestibles poussent en grande quantité naturellement sans que nous ayons à les semer.  Penser par exemple aux pissenlits qui font de bonnes salades, du bon café avec les racines, des boissons pour le fêtes avec les fleurs, le plantain qui guérit les petites plaies et désordres sous-cutanés tels les furoncles, ses graines qui font un excellent condiment nourrissant, etc. Ainsi, que ces fleurs sauvages qui poussent en abondance partout, les laisser vivre!  Ces fleurs sont une joie pour le cœur et souvent elles ont de nombreuses propriétés. La beauté de votre jardin peut accompagner son utilité, les deux vont main dans la main comme l’enseigne la voie amérindienne du Sentier de la Beauté.  Apprenons premièrement à connaître ce qui est déjà là avant de vouloir y ajouter nos co-créations.  Ce qui pousse nous renseigne aussi sur les problèmes et désordres du sol.  Naturellement, la nature envoie les émissaires végétaux qui sont une solution aux problèmes de la terre.  Il y plusieurs méthodes pour se faire. Sois lire, trouver des volumes et des articles sur les plantes sauvages, sois trouver des enseignants ou consultants en agriculture biologique ou mieux encore en permaculture des jardins, sois en communion directe avec les plantes elles-mêmes, sois en observation longue et réfléchi qui est, je pense, la meilleure méthode, mais par contre la plus longue. 

 

Une fois que cette étude est réalisée, il faut planifier.   L’élément important qui est souvent oublié ici c’est qu’il faut planifier à très long terme.  Nous créons le paradis terrestre de demain pour les enfants de nos enfants. Les arbres qui seront semés aujourd’hui ne seront à pleine maturité que dans une centaine d’années.  Ne pas oublier que nous sommes des êtres immortels et que cette vision assure votre retour sur la terre de vos descendants! Alors, planifier avec une vision d’un domaine parfait en harmonie avec vos rêves et visions de beauté et de béatitude. Même si ce n’est qu’un tout petit bout de jardin, ayez néanmoins l’intention de guérir la planète et vos rêves les plus fous seront exaucés. Nous sous-estimons le pouvoir des rêves et des visions.  Même celui qui n’a pas de jardin ou de terre s’il formule le souhait sincère et profond de créer le paradis sur terre et qu’il le tient fermement en lui toute sa vie, cette vision sera exaucée.  Tout prend naissance dans l’esprit pour ensuite se manifester sur terre.  Nous sommes dans un rêve merveilleux, celui de nos co créations avec le Grand Esprit.  Certains actuellement ont oublié le Grand Esprit et sa création parfaite dans leurs activités. Leurs créations donnent désordre et destruction, mais ce temps est révolu maintenant.  On revient à l’intelligence primordiale qui travail avec la création et non pas contre la création.  C’est pourquoi la première étape, l’observation, précède la planification.

 

Dans votre planification visualiser un endroit idyllique, avec un petit point d’eau, des arbres, des potagers qui vous fournit tout ce dont vous avez besoin, la communauté de vie et les voisins que vous souhaitez avoir et parfois aussi les animaux avec qui vous souhaiter vivre si c’est le cas. Notre famille, pour citer un exemple, est fermement décidée d’avoir des chevaux.  

 

 Ensuite vient le moment de travailler.  Une des choses qu’il est primordial d’intégrer dans la démarche du potager c’est le partage d’informations avec la nature. Si vous informez les légumes et les fruits de vos besoins ils pousseront en fonction de ces besoins et deviendront vos médicaments, la clef essentielle pour une santé parfaite. Voici quelques manières de communiquer vos infos aux plantes.

Lors des semences, prenez les graines (uniquement des graines bio) dans votre bouche 10 minutes pour les humecter avec la salive.  La chaleur et l’humidité de votre organisme activeront la graine et elle aura toute l’information nécessaire à sa croissance en fonction de vos besoins.  Ensuite, tenez les quelques instants entre vos deux paumes pour les vitaliser.  Semez les graines, mais attendez 24 heures avant d’arroser afin qu’elles aient eu le temps d’intégrer les informations contenues dans votre salive.  Vous pouvez aussi marcher pieds nus autour du potager le matin.  Les toxines éliminées par vos pieds le matin renseigneront les plantes sur les défis que votre organisme subit au quotidien et elles trouveront dans le sol les substances qui peuvent vous aider.  Ou encore, le soir donnez à vos pieds fatigués un bain dans une bassine et ensuite arroser les plantes avec cette eau.  Vous pouvez bien sûr parler aux plantes, leurs croissances en seront décuplées.  Parfois j’urine dans un pot qu’ensuite je remplis d’eau et j’arrose les abords du potager avec cette mixture.  En plus de donner des infos aux plantes, cela avertit tous les animaux du voisinage que c’est mon territoire.  Autre technique, mais qui fonctionne seulement à très long terme c’est le compostage des ongles et des cheveux. Lorsque je nettoie ma brosse à cheveux, je mets les cheveux dans le compost et pareillement lorsque je me coupe les ongles.  

 

Voilà quelques infos sur le jardinage que vous ne trouverez pas ailleurs.  Pour la balance, il existe une multitude d’ouvrages intéressants sur le jardinage.  Je vous invite à me commenter cet article en y consignant les ouvrages sur la culture et le potager que vous avez trouvé intéressants et instructifs.

 

À bientôt

 

Aigle Bleu

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.