MIWAHu– Essence Première énergisante

Il y a quelques années, les dames qui travaillaient dans nos bureaux m’ont demandé de formuler une essence première plus féminine. J’y songeais déjà. Je voulais notamment donner la place à l’expression du foin d’odeur, la fragrance la plus féminine de nos plantes sacrées, «les cheveux de la Terre-Mère». Ce foin est habituellement tressé dans une ambiance rituelle avant d’être utilisé comme encens.

Traditionnellement, les Aînés font brûler d’abord la sauge pour chasser les énergies lourdes et ensuite le foin d’odeur pour attirer les énergies bénéfiques et les circonstances favorables. Je me souviens d’un Amérindien rencontré dans un salon du livre. Il était là pour présenter un de ses volumes qu’il venait de publier. Je me suis assis avec lui quelques minutes. Il adorait parler au public. Il avait caché sous la table une tresse de foin d’odeur. Lorsque l’affluence devant le kiosque baissait, il allumait, mine de rien, sa tresse sous la table pendant quelques instants. Nous sentions la douce fragrance du foin d’odeur et immédiatement, à son grand bonheur, d’autres personnes s’approchaient et s’intéressaient à son volume. Chiiyaam est résolument masculin dans sa fragrance (il contient deux variétés de sauge et beaucoup de thuya) et son effet purificateur est puissant et instantané. Il s’évapore rapidement afin de laisser l’ambiance énergétique neutre après la purification. Ceux qui l’utilisent peuvent alors y créer les énergies qu’ils désirent. Au contraire, Miwahu tient: il reste sur la peau comme un vrai parfum. Il libère tranquillement trois notes, à la fois sucrées, boisées et florales, soit une note de tête évocatrice de pensées lumineuses et légères, une note de coeur enchanteresse et une note de fond remplie de promesses. Sa fragrance dominante est le foin d’odeur. Comme nos autres produits aromatiques, il contient des intentions spécifiques encodées par un rituel amérindien pour amplifier leurs propriétés. Je fais cette intervention pour Chiiyaam, Miwahu, les fragrances sacrées et toutes les productions dérivées. Les intentions spécialement encodées dans Miwahu sont les suivantes: attirer les énergies bénéfiques, les circonstances favorables, la clarté et l’harmonie dans le respect de tous les êtres.

 Plusieurs façons d’utiliser Miwahu existent. La fragrance devrait être appliquée idéalement quelques minutes après une purification faite avec Chiiyaam. Avant d’invoquer de bonnes énergies, il est bon de nettoyer l’ambiance des énergies anciennes et inutiles. Il est cependant préférable d’attendre quelques minutes entre les deux applications, car les deux fragrances sont aux antipodes et se mêlent mal. L’emploi le plus simple est celui d’un parfum: vaporiser simplement sur les poignets, le cou et les paumes pour favoriser l’intégration de l’encodage. Personnellement, je le vaporise aussi sur le dos de la main, car j’aime le humer fréquemment.

Miwahu est totalement pur et naturel (100% des ingrédients sont d’origine naturelle) et comporte des ingrédients biologiques à plus de 88%. Il ne contient aucune fragrance de synthèse ou agent de conservation. Sa méthode de conception est celle d’un parfum. Contrairement à la composition de Chiiyaam dont la majorité des plantes ont été choisies pour leurs propriétés, celle de Miwahu a été créée en sélectionnant des plantes en fonction de leur contribution olfactive. En effet, durant environ vingt mois, j’ai travaillé avec Michel Roudnitska, qui a contribué, pour plus de 80% de la formule, à habiller la fragrance du foin d’odeur. Nous avons cherché à valoriser cette odeur unique et à créer une synergie donnant une belle architecture olfactive qui, comme une oeuvre de musique, se déploie dans le temps avec équilibre suivant différentes évolutions. Miwahu contient une vingtaine d’essences et extraits de plantes. Miwahu comporte trois mouvements différents. La première note (note de tête), avec bergamote et mandarine, est conçue pour donner de l’enthousiasme, une énergie propice à la création et à l’appel des énergies bénéfiques. La note de coeur (deuxième mouvement), rose, fleurie et un peu capiteuse, crée une atmosphère invitante afin d’appeler les énergies bénéfiques et les inciter à rester, à s’enraciner. Finalement, la note de fond qui demeure pendant des heures, composée de foin d’odeur, de jasmin et de vanille, crée une ambiance à la fois profonde et mystérieuse. Elle évoque les profondeurs infinies d’où jaillit l’impulsion créatrice qui façonne notre monde. L’odeur caractéristique du foin d’odeur, habillé de différentes manières, se maintient à travers ces trois mouvements. Conçu pour être un parfum féminin, Miwahu est aussi porté par des hommes qui l’apprécient. Je l’utilise souvent.

CLIQUEZ ICI POUR VOUS PROCUREZ CE PARFUM