VÉRITÉ OU MENSONGE?

Prendre des conventions sociales pour des vérités est une erreur que font la plupart des gens. Mais aujourd’hui nous devons changer notre manière de réfléchir et parvenir chacun à la vérité par soi-même.  L’époque des gourous, d’une vérité absolue détenue par un livre, une science ou une religion est chose du passé.  La vérité, ? Elle est encodée en nous.  Toute la science de la vie et des univers est présente en nous.  Vous appuyer sur des conventions sociales ou accepter des affirmations justes parce qu’elles sont généralement acceptées par l’ensemble de la population non seulement vous induit en erreur, mais de plus elle augmente la paresse de votre pensée.  Combien plus facile de se laisser dicter sa conduite et ses croyances par les autres pendant qu’on se vautre dans les activités, les divertissements, les dépendances et, ultimement, les souffrances,… car il n’y a que la vérité qui mène à la joie profonde et inaltérable de l’Homme accompli.

 

Les réactions à mes affirmations sur la dentition et le système digestif végétarien de l’Homme ont soulevé des objections dans les commentaires qui ont suivi.  Voilà, regardez bien, ce n’est pas parce que la science des dentistes appelle parmi nos 32 dents ces 2 petites dents d’une forme différente des canines, qu’elles sont en fait là pour déchiqueter de la viande.  Comparez-les, par exemple, aux dents situé au même endroit des vrais carnivores.  Peu de ressemblance.  Il faut regarder les faits et tirer vos propres conclusions.  Il y a une abondance de livres sur le végétarisme, que je n’ai pas lus, car je n’ai pas besoin de ces volumes pour me convaincre que manger du cadavre conduit vers la mort!  Les aliments de source végétale cuits et mélangés, donc difficiles à digérer, prennent au plus 3 heures à être digérée.  Toute viande demande un minimum de 8 heures à être digérée et encore, il reste des toxines et des impuretés que le système digestif de l’Homme, qui est très élaboré, ne réussit pas à transformer. Le système digestif d’un carnivore est droit, celui de l’homme se tortille dans tous les sens, avec je me souviens plus combien de mètres d’intestin.  Mais bon, je sais que les mangeurs de viande trouveront d’autres arguments, regardons plus loin dans les instructions originelles de l’Homme.

 

Nous avons vu comment dans le paradis originel tous les animaux ont leurs rôles précis et apportent beaucoup à l’Homme.  C’est pourquoi Anastasia et sa famille trouvent manger de la viande une si grande aberration. En plus d’être mauvais pour la santé, pourquoi un être irait’-il manger ses serviteurs, ceux qui lui apportent autant de joie et lui facilitent tellement la vie?  Avait vous déjà vues le visage d’une jeune fille a qui on vient de prendre l’animal avec qui elle joue depuis si longtemps pour l’amener à la boucherie?  Ou vous souvenez-vous d’avoir vu pour la première fois un animal sauvage tuer par des chasseurs qu’on s’apprête à dépecer? Quels sentiments émergent en vous lorsqu’on évoque ces circonstances?  Au-delà de vos habitudes et préférences, en faisant table rase du passé, si vous évoquez tous simplement des scènes, des images d’animaux qu’on tue pour les manger qu’est ce que cela évoque au fond de vous? Voilà où on doit chercher la vérité, en soi.  Je n’essaie pas à convaincre, juste d’éveiller la curiosité, de dissiper les attachements aux illusions de la société technocratique afin que vous puissiez parvenir à la vérité en vous, librement, sans contraintes. Je ne suis pas attaché aux résultats de vos réflexions, mais je le suis à votre capacité à discerner la vérité de manière autonome et libre.  Voilà ce qui est très important si on veut guérir l’Homme et la belle terre mère.

 

J’ai grandi dans une famille qui mangeait beaucoup de viande.  À l’image des grands froids canadiens et de la difficulté de survivre dans un environnement qui semble inhospitalière pour celui qui vit dans un modèle conditionné, la viande apparaît comme inévitable.  On mangeait de la viande parfois 3 fois par jour.  Aucun repas digne de ce nom n’était libre de viande ou de poisson. Ma mère a mangé de la viande pendant ma gestation.  Il est certain que j’aime le goût de la viande et que parfois il m’arrive encore d’en manger.  Mais de moins en moins.  Je m’aperçois maintenant, à chaque fois que j’en mange, comment mon énergie diminue, mes facultés baissent, mon agressivité aveugle et mon désir pour des plaisirs sensuels augmentent.  Ce sont mes constatations et je sais qu’avec l’arrivée de ma promise et les projets que nous avons il n’y a aura plus de place pour une alimentation carnée.  Mais ce que j’essaie de transmettre ici c’est que c’est un processus, rien ne se fait du jour au lendemain. Moi aussi je mange de la viande, mais cela ne m’empêche pas de voir et de comprendre la réalité de cette activité et de tranquillement, à mon rythme, un jour à la fois, transformer ma manière de vivre.  Vous connaissez peut-être l’histoire du Dalaï-Lama et du végétarisme? Lorsque ce saint homme est sorti du Tibet, il a été mis en présence des saints de la culture hindoue qui ne mangent pas de viande.  Il a trouvé très cohérent avec la philosophie bouddhiste qui enseigne de ne pas faire de mal aux autres êtres, d’adopter ce mode alimentaire. Il est devenu végétarien du jour au lendemain.  Peu après il est tombé malade et a dû recommencer à manger de la viande.  Mais il a recommencé, cette fois graduellement, lentement en respectant les besoins de son corps, à s’orienter vers une alimentation végétarienne.  Il faut écouter le corps, il fait partie de ce que nous sommes.   Aussi, les changements que nous devons apporter à nos modes de vie doivent se faire en respectant notre capacité de transformation.  Exemple parlant: si vous arrêtez de payer vos taxes et vos impôts demain matin vous risquer d’avoir des problèmes avec l’état.  Par contre, de comprendre la réalité qui sous-tend cette pratique d’asservissement de l’Homme vous permet de trouver mille et une façons d’utiliser les outils du système pour servir le bien, le bon, la terre et les enfants de demain et ensemble aussi d’en payer de moins en moins.  C’est un processus, nous allons changer tout cela graduellement, paisiblement, naturellement. Il faut recycler l’ancien pour construire le nouveau.  Comme la nature, rien ne pousse en un jour, il y a les vieilles feuilles qui se compostent et ensuite tout grandît lentement en harmonie avec les cycles et les rythmes de la vie.

 

Bon c’est assez maintenant. Pour vos autres commentaires qui évoquent les résistances à mes propos venant des conditionnements et programmations du système je vous laisse appliquer ce même procédé.  Cherchez en vous.  Je vais passer à autre chose demain, soit une description des animaux totems et ensuite répondre vendredi à la demande populaire, comment trouver nos animaux totems!

 

Et encore merci pour vos commentaires.  À la joie de continuer à vous lire!

 

Aigle Bleu

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.