LA PHILOSOPHIE DE LA NATURE 12

Le système

 Le système est un mot que j’utilise pour décrire la structure mondiale actuelle de civilisation technocratique. À mon sens, il s’agit là de la plus importante cause des problèmes sociétaux et environnementaux du monde actuel. Ce système pourrait aussi s’avérer la clef menant aux solutions pour la prochaine étape dans l’évolution de l’Humanité.

Dans de nombreuses traditions existent des éléments historiques qui racontent une tout autre histoire que celle propagée par les historiens actuels. Cette présentation est voulue ainsi car elle constitue un outil favorisant la programmation du système. Ainsi, pour bien comprendre ce qu’est la civilisation et ses systèmes, nous devons puiser beaucoup plus loin dans l’histoire de l’Humanité.

Ce qui caractérise les civilisations et ses systèmes de gouvernement des masses est la volonté de dominer. Les civilisations cherchent à dominer les peuples et la nature. Peu importe la civilisation, l’Homme se voit asservi. Il paye des taxes et des impôts alors que ses libertés sont restreintes, de manières de plus en plus contraignantes. L’Homme est un outil du système car il le nourrit de sa sueur et de son sang : en payant des impôts par son travail ou à la guerre pour défendre et accroître le pouvoir dudit système.

Depuis 12 000 ans, nous avons vu défiler sur terre 24 civilisations différentes qui ont toutes empruntées les mêmes trajectoires[1] : – domination d’autres peuples par la guerre ; – accumulation de biens matériels – des hiérarchies où existe une classe d’esclaves ou de gens très pauvres; – une élite de plus en plus pervertie. Cette décadence amène tôt ou tard la chute de ladite civilisation. Actuellement nous vivons la même chose avec la particularité que cette tendance est mondiale. Les conflits sont entretenus artificiellement parce qu’ils nourrissent l’économie guerrière, malheureusement la plus destructrice, mais aussi la plus profitable pour certaines élites.

Dans toute civilisation l’Homme est asservi aux lois et règlements de ladite civilisation. Son existence est conditionnée pour servir le système dès sa naissance. Ses pensées et ses modes de pensées sont contrôlés par l’éducation et les médias. Il est esclave du système, mais aussi esclave de ses dépendances contractées pour anesthésier sa souffrance et son mal de vivre issus des insatisfactions (sur le plan de la santé, de la joie et de l’amour) qu’il tire de sa vie quotidienne. En conséquence, nous avons actuellement des êtres humains plus artificiels que naturels, totalement dépourvus face à la nature qu’ils connaissent peu ou pas.

Bref, je pourrais continuer longtemps à décrire l’état de cyborg qui caractérise de plus en plus d’humains. Aveuglés par l’illusion de « l’homme amélioré » qui leur est vendue l’Homme perd ses facultés naturelles au profit d’aides mécaniques et électroniques artificiels. Évidemment, cet état s’accompagne souvent de maladies, de pauvreté et de stress car nous sommes 1500 % plus stressés que nos arrières grands parents.  Notre sens éthique et moral est déficient. Nos enfants naissent de plus en plus chétifs, handicapés ou difformes.

Pour simplifier, j’appelle donc cela « le système ». L’étude de l’histoire véritable de l’Humanité nous a permis de comprendre la source et les causes du système.[2]  Je ne reviendrai pas ici sur ces données puisque cela peut susciter une controverse qu’il n’est pas nécessaire de soulever ou de nourrir ici. Effectivement, elle réfère à certains peuples et nous devons dépouiller notre discours de toute considération de nationalité. Ce qui importe, c’est de trouver les solutions et elles se trouvent dans l’Homme. Il m’apparait plus important de nourrir une réflexion fournissant à l’homme les outils pour transmuter le système que de chercher les responsables de cette conspiration millénaire mondiale.

L’état actuel du monde est catastrophique et les populations mondiales souffrent. Hormis les élites, la pauvreté et la maladie affligent la majorité de la population mondiale. Notre travail consiste donc à comprendre et accepter que cette situation ait été créée par l’Homme et qu’il est possible de revenir au paradis où ces conditions n’existeraient pas. Le phénomène de civilisation est relativement récent dans l’histoire de l’Humanité. Il est utile de comprendre l’histoire véritable de l’Humanité pour le transformer. Si l’on considère la tutelle académique actuelle qui œuvre sous l’influence du système c’est un défi de taille. Pour y arriver, nous devons nous élever au-delà des conditionnements et programmations dudit système afin qu’émerge une compréhension plus juste de l’histoire. Il n’y a pas seulement l’approche académique qui peut fournir la substance de nos compréhensions puisque la conscience humaine n’a pas de limites. Même le commun des mortels, sans formation historique formelle peut observer le monde et en tirer des conclusions historiques véridiques qui éclaireront sa réflexion.

Je vous donne un exemple. Le système accorde une image péjorative à nos prétendus ancêtres désignés sous le vocable d’homme des cavernes. Fort imagée, cette appellation illustre notre grande chance d’être aussi évolués aujourd’hui. L’imagerie populaire associée à l’homme des cavernes est celle d’un homme vivant dans des cavernes et s’habillant de peaux de bêtes, au langage très rudimentaire en compétition avec les animaux dangereux et la nature, ayant une vie très difficile, se nourrissant d’animaux qu’il tue à l’aide de massues et de lances. De nombreux films ont d’ailleurs été produits au fil des années qui reprennent cette imagerie. La science pour sa part nous enseigne qu’il s’agit d’un lointain ancêtre de l’Homme afin de nous amener à croire que nous sommes aujourd’hui beaucoup plus évolués.

Si nous regardons l’appareil digestif de l’Homme, nous observerons d’abord une dentition très spécialisée pour broyer des végétaux. L’Homme n’est pas pourvu de dents typiques à celles des carnivores. Il n’a pas les canines des félins ou des loups, ni même celles des ours qui sont omnivores. Son système intestinal est spécialisé dans la digestion de végétaux.

Les carnivores ont un système digestif linéaire, comme le serpent car l’ingestion de cadavres ou d’autres protéines animales produit très rapidement de la putréfaction. L’appareil digestif de l’Homme, véritable serpentin, n’en finit plus de tourner dans tous les sens afin de bien extraire tous les principes nutritifs des végétaux. Ici, le simple bon sens suffit à démontrer que ces histoires sont fausses. Le « système » présente des images et des prétendus faits scientifiques pour mieux intégrer l’Homme dans sa matrice. Nous les nommerons les programmations et les conditionnements du « système ».

Nous considérons que les religions institutionnalisées sont en fait des outils de programmation et de conditionnement pour diminuer chez l’Homme sa capacité à devenir un être entier et libre. Elles sont conçues pour l’attacher, le contrôler et le rendre dépendant à la religion et elles sont des outils qui ont été utilisés par ce système pour asservir l’Humanité. En effet, la plupart des grands livres religieux ont été manipulés par ceux qui ont créé ce système.

 

Les programmations et les conditionnements

 

J’utilise ces termes pour désigner les outils de manipulation qu’utilise le système pour contrôler l’Humanité. Ils sont innombrables. Ce sont des outils d’éducation basés sur des mensonges, mais présentés de telle manière par les personnalités en autorité et certains leaders d’opinion que les masses les acceptent sans les questionner. En général, il est très simple d’y voir clair sauf que personne ne songe que cela pourrait être des demi-vérités et des faussetés.

Nous venons d’illustrer une programmation au sujet de l’évolution de l’Homme. Regardons maintenant une autre programmation plus bénigne pour imager notre propos. Lorsque les saisons ou les températures changent, les médecins expliquent souvent un rhume ou une grippe en disant que nous avons pris froid. Notre corps a été créé par la nature afin de pouvoir s’adapter à toutes les températures. Mais dès la naissance, les gens obéissent à ce conditionnement en habillant leur bébé, cette petite boule de chaleur, de vêtements encore plus importants et chauds que les leurs. Pourtant, l’enfant déteste être ainsi emballé et aussitôt qu’il le peut, il cherche à enlever ces vêtements. Il a raison d’agir ainsi puisque c’est la sagesse primordiale du corps qui s’exprime alors. Si nous laissons le froid atteindre notre peau, le corps apprendra à générer sa propre chaleur. À preuve, nous connaissons des gens pouvant circuler pieds nus dans la neige, être habillés pareillement été comme hiver et ne pas souffrir des grands froids.

J’ai moi-même expérimenté cette réalité puisque plus jeune j’avais souvent froid dans ces latitudes canadiennes. Lorsque j’ai réalisé l’importance de laisser le froid toucher la peau, j’ai commencé à l’apprivoiser. Je laisse le froid toucher la peau au moins une fois dans la journée. Depuis, je reste souvent surpris lorsque mes proches se plaignent du froid. Je sens le froid, mais il ne me dérange pas. On ne peut attraper froid. C’est plutôt le contraire. Prendre une douche froide, par exemple, stimule le feu du corps et renforce le système immunitaire. Il y a en fait de nombreux avantages à ces pratiques. Les personnes qui ont l’habitude de prendre des douches froides et de maintenir une bonne alimentation n’attrapent jamais de grippes ou de rhumes. Avoir peur du froid est un conditionnement qui amène les gens à l’éviter systématiquement empêchant ainsi leurs organismes de s’adapter à la nature. Trop habiller le bébé lui enseigne qu’il doit avoir peur du froid. Cette programmation est alors intégrée pour le reste de la vie et devient par le fait même un conditionnement. Les conditionnements sont le résultat des programmations.

Ex. — Une programmation de base est celle qui accorde l’autorité définitive au « système ». Dans nos sociétés elle peut être l’autorité qu’on accorde aux gouvernements ou à la science. Même si cette autorité est factice, elle amène bien des Hommes au conditionnement de croire à une version officielle qui est propagée par quelques personnes en autorité, en dépit des témoignages de millions de personnes partout dans le monde qui véhiculent pourtant une version différente.

Nous pouvons suivre d’assez près l’évolution des programmations qui atrophient notre compréhension. Ainsi, une des techniques les plus utilisées consiste à nous désensibiliser à l’aide des grandes productions cinématographiques. « C’est dans un film donc c’est de la fiction. »  Alors si vous voyez certains faits de manière répétée dans les films, vous serez désensibilisés à les reconnaître dans la réalité. Quand on s’y arrête, il est assez facile d’observer dans ces films les diverses techniques psychologiques employées et qui permettent d’identifier les éléments que le système cherche à programmer dans les masses.

Ex. – Depuis plusieurs années je vois souvent des films exposer dans une lumière — sois ridicule sois dangereuse — les modes de vie et les vérités qui pourraient libérer l’Homme et mener à une élévation de sa conscience.

[1] Arnold J. Toynbee—Civilization on Trial

[2] Une brève description existe dans mon livre LE CERCLE DE TOUTES NOS RELATIONS Manuel pour Une Nouvelle Terre dans l’annexe – Les forces de l’ombre et comment les mettre en Lumière. Éditions du Dauphin Blanc, Québec, Canada, 2014.

2 réflexions au sujet de “LA PHILOSOPHIE DE LA NATURE 12”

  1. Je veux alligner les mots : Dieu, Nature, Impact, Humanite, Astre, Génération voilà quel sort nous est reservé notre vie ? Je vois l’auteur répresente à ses oeuvres. Si dans les jours à vénir nous commandons pas notre esprit que diront les autres qui viendrons après nous. Je vois Noé pour le déluge est vrai ? La civilisation, la mondialition nous amènent où ? L’humanité au progrès, et le progrès la conquête de la richesse et de bonheur.

  2. Aigle bleu, je suis toutes tes publications, et y trouve énormément de vérité, de sagesse et réalisme. Ce texte suscite également en grande partie mon adhésion.
    Toutefois, en toute gentillesse et sympathie, je voudrais t’exposer quelque chose, que je constate chez toi, comme chez nombre de gens s’annonçant comme faisant un travail pour accompagner leurs semblables vers plus de conscience, etc…En tant que femme, je demeure, et deviens d’ailleurs de plus en plus, réactive à ceci : vous parlez de conditionnement, de changement de paradigme, de prochaine étape d’évolution de l’Humanité, et puis ensuite pour désigner l’être humain, vous dites « l’Homme », passant ainsi sous silence et occultant la moitié de la population humaine mondiale, c’est-à-dire la Femme. Je sais que tu n’es pas de ces gens qui occultent la femme, malgré cela tu fais cet usage verbal-là. Pour ma part, je n’ai jusqu’à présent entendu qu’un seul homme relevant ce problème, à savoir Nassim Haramein, dont tu connais sûrement l’existence et le travail : il refuse de parler de l’être humain en disant « l’Homme », il dit « être humain ». Pour ma part, aucun homme – être masculin – ne sera jamais totalement crédible dans sa critique, ou analyse, du système tant qu’il n’aura pas définitivement acquis le réflexe d’utiliser ce que le langage a de toute façon prévu, pourvu qu’on veuille l’employer. Je suis humaine à 100%, estime que l’être humain masculin porte une énorme part de responsabilité dans l’état du monde actuel, et j’aurais envie d’ajouter : même dans l’état de la mentalité actuelle de la femme, et ceci à travers le monde, puisqu’elles n’ont pas eu d’autre choix que celui de « faire avec » l’homme tel qu’il est, ce qui par voie de conséquence, les a également fait évolué vers des comportements inadéquats, soumission ou perversions diverses… Toute femme a donc également sa part de « boulot » à faire pour l’évolution du monde, et on voit bien qu’elles ont du « taf », les femmes. Je ne fais pas du féminisme bête et primaire, mais cette question de l’appellation « Homme » pour désigner les humains masculins et féminins est extrêmement révélatrice. La création n’est pas unipolaire. Je suis convaincue que le jour où cette « habitude » elle aussi inadaptée aura disparue, le jour où les humains se désigneront par leur appellation : « Humain » ou « être humain », ces fameux problèmes [que nous confrontons effectivement en grande partie en conséquence du système] disparaitront, car ce jour-là l’humain aura REELLEMENT progressé en conscience et son langage le révèlera.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.