LA DÉFENSE DES ABEILLES

L’enjeu est capital. Et pas seulement pour la France :

Car si nous gagnons cette bataille décisive en France, l’un des principaux bastions de l’agriculture industrielle, il sera beaucoup plus simple d’obtenir ensuite l’interdiction des tueurs-d’abeilles au niveau européen.

C’est pourquoi je vous demande de signer de toute urgence la pétition au député de votre circonscription, en utilisant le système de pétition en ligne que nous avons préparé >> Cliquez ici

Un petit rappel des faits est sans doute nécessaire :

En mars 2015, l’Assemblée Nationale en France adoptait un amendement au projet de loi « Biodiversité » (1) interdisant purement et simplement les pesticides néonicotinoïdes sur le sol français dès janvier 2016.

Pour tous les citoyens et les associations qui militent depuis des années pour l’interdiction de ces pesticides mortels pour les abeilles, l’initiative courageuse des deux députés qui avaient déposé l’amendement a été une vraie bouffée d’espoir !

Pourtant :

À peine arrivé au Sénat, l’amendement a été immédiatement enterré par une poignée de sénateurs de la Commission Environnement (2) qui ont rejeté en bloc les rapports de plus en plus alarmants des académies scientifiques qui tirent la sonnette d’alarme avec de plus en plus d’insistance ! (3)

Pollinis a bataillé et réussi à faire redéposer l’amendement : malgré une mobilisation rapide des citoyens et 280 000 messages de protestation envoyés directement sur la boîte mail des sénateurs, il a été rejeté une deuxième fois par le Sénat français – et savez-vous sur la base de quels arguments ?

Quasiment mot pour mot ceux de l’agrochimie !

C’est affligeant : voir les lobbies balayer d’un revers de main méprisant les centaines d’études alarmantes produites par des laboratoires publics et indépendants du monde entier comme si elles n’avaient aucune valeur scientifique… Les entendre clamer que leurs produits ne sont pas si dangereux que ça, et accuser les agriculteurs de mal les utiliser et leur faire porter le chapeau pour la mort de millions d’abeilles… Ça nous fait dresser les cheveux sur la tête, ici à l’association.

Mais que des responsables politiques, des élus de la nation censés protéger l’intérêt général reprennent en cœur les mêmes insanités… C’est insupportable !

Et ça ne veut dire qu’une seule chose : que les lobbies de l’agrochimie ont renforcé considérablement leur pression sur le Parlement français.

Ce sont d’ailleurs les mêmes arguments fallacieux qui sont aujourd’hui repris par les députés qui s’apprêtent honteusement à rejeter à leur tour l’interdiction des tueurs-d’abeilles en France !

Alors, que les choses soient claires une bonne fois pour toutes :

– NON : ce n’est pas parce que les agriculteurs utiliseraient mal les produits ou ne respecteraient pas les consignes de sécurité, comme le prétendent les firmes agrochimiques, que les néonicotinoïdes tuent les abeilles et tout ce qu’il y a dans le sol et les cours d’eau… et qu’ils sont en train de mettre en danger l’ensemble de la biodiversité dans le monde ! (4)

C’est dans la nature même de ces produits, 7000 fois plus toxiques que le DDT pour les abeilles et tous les petits insectes et lombrics indispensables à la vie, de ravager tout ce qu’ils croisent sur leur passage. Et il n’y a pas d’autre choix possible pour sauver la nature et sécuriser nos productions alimentaires que de les interdire au plus vite, purement et simplement.

– OUI : la France, comme n’importe quel pays de l’Union européenne, peut parfaitement interdire unilatéralement la vente des pesticides néonicotinoïdes sur son territoire… ou de tout autre produit qu’elle jugerait dangereux pour l’environnement, la santé publique, ou pour sa sécurité alimentaire par exemple !

Ce n’est qu’une question de volonté politique des élus. L’Italie l’a déjà fait chez elle, et personne n’y a trouvé à redire ! (5)

– OUI : les agriculteurs peuvent parfaitement se passer des néonicotinoïdes et autres pesticides tueurs d’abeilles ! Leur retrait du marché n’entraînerait aucune baisse du rendement des récoltes contrairement à ce que répètent en boucle les lobbies de l’agrochimie.

L’agence de sécurité sanitaire américaine, l’EPA, vient à nouveau de le démontrer pour la culture du soja par exemple (6) ; d’autres études menées à travers le monde, en Italie, au Canada, au Brésil et aux Etats-Unis, arrivent exactement aux mêmes conclusions sur d’autres grandes cultures comme le maïs. (7)

Les recherches prouvent en outre que, contrairement à ce que croient la plupart des gens encore aujourd’hui, les agricultures innovantes sans pesticides produisent autant en moyenne que l’agriculture chimique industrielle…

…Mais qu’elles sont systématiquement plus rentables pour les fermiers qui les utilisent ! (8)

Ce que les lobbies cherchent désespérément à dissimuler par ailleurs, c’est ce que coûte à l’agriculture d’éradiquer les abeilles et les pollinisateurs à coup de pesticides :

…20% de récoltes en moins en moyenne quand la pollinisation n’est plus assurée – jusqu’à 30% sur le colza – c’est ce que vient de montrer une étude menée sur 5 ans dans plus de 12 pays à travers le monde ! (9)

C’est pour toutes ces raisons que Pollinis a besoin de vous de toute urgence.

Pour convaincre les députés, et exercer une pression déterminante sur l’ensemble de l’hémicycle pour que, le jour du vote, l’amendement StopNeonics – qui nous débarrassera vraiment de ces pesticides tueurs-d’abeilles – soit voté, nous devons faire déborder les boîtes mail des députés de messages de protestation.

C’est pour cela que je vous demande d’envoyer, dès maintenant, votre message-pétition aux sénateurs de votre région en cliquant ici.

Vous n’avez pas besoin de faire des recherches pour connaître le nom des députés que vous devez interpeller : entrez simplement votre code postal dans le formulaire que nous avons préparé, et la liste des députés de votre région s’affichera automatiquement.

Vous n’aurez plus qu’à valider pour que votre message soit envoyé pour vous.

Nous avons mis en place ce système simple, qui ne vous prendra pas plus de 2 minutes de votre temps, pour qu’un maximum de personnes puissent participer;

Alors s’il vous plaît, prenez 2 minutes pour les abeilles : signez dès maintenant votre pétition aux députes, et transférez ce message à un maximum de personnes autour de vous, pour nous permettre de rallier des dizaines de milliers de signatures supplémentaires !

C’est le meilleur moyen, et peut-être même le seul, de mettre une pression assez forte sur les députés pour les obliger à adopter cet amendement qui mettra enfin un terme à plus de vingt ans de massacre intensif des abeilles au profit de l’industrie agrochimique.

L’adoption de cet amendement créera un précédent en Europe qui obligera la Commission européenne à s’aligner : si vous n’êtes pas résident Français, vous êtes quand même concerné ! Vous pouvez agir en signant la pétition de soutien à cette campagne : cliquez ici.

Le vote final aura lieu dans moins de 10 jours : aidez-nous à rallier le plus grand nombre de personnes pour que la pression des citoyens soit plus forte que celle des lobbies agrochimistes !

Un grand merci d’avance.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

(1) AMENDEMENT N°754 (Rect) déposé le 12 mars 2015

(2) Reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages – Examen du rapport et du texte de la commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable au Sénat

(3) Worldwide integrated assessment on systemic pesticides

Rapport ANSES, Janvier 2015

(4) Task Force on systemic Pesticide, 2015

(5) Furlan L., Kreutzweiser D., 2014 ; Alternatives to neonicotinoid insecticides for pest control: case studies in agriculture and forestry ; Environnemental Science and Pollution Research (2015) 22:135–147

(6) EPA, Memorandum, Benefits of Neonicotinoid Seed Treatments to Soybean Production, October 3, 2014

(7) Wilde G., et al., 2007 ; Seed Treatment Effects on Early-Season Pests of Corn and on Corn Growth and Yield in the Absence of Insect Pests ; Kansas (USA)

Fournier et al., 2013 ; Les néonicotinoïdes en grande culture : pertinence agronomique et impacts environnementaux ; Québec

(8) Crowder D. W., Reganold J. P., 2015 ; Financial competitiveness of organic agriculture on a global scale : PNAS, June 16, 2015, vol. 112 no. 24

(9) Mutually beneficial pollinator diversity and crop yield outcomes in small and large farms. Lucas A. Garibaldi & al.Science, Jan 22, 2016

POLLINIS Association Loi 1901
143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org


Chère amie, cher ami,

D’ici 48h, les sénateurs français vont décider si, oui ou non, ils interdisent les pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles en France, puis en Europe.

C’est maintenant que tout se joue : aidez-nous à mobiliser le plus grand nombre de personnes pour leur mettre une pression déterminante, et obtenir l’interdiction de ces poisons responsables de la mort de millions d’abeilles !

Si vous ne l’avez pas encore fait, signez la pétition aux sénateurs, et transférez ce message à tous vos contacts pour leur demander de signer à leur tour.

A l’intérieur du Sénat, la bataille se joue au coude à coude :

D’un côté, des sénateurs qui soutiennent Pollinis et ont à cœur de protéger les abeilles, l’environnement et l’agriculture de demain, et qui ont eu le courage de déposer des amendements forts, demandant l’interdiction pure et simple des pesticides tueurs d’abeilles ;

De l’autre, des sénateurs « hostiles », qui avaient réussi à saboter l’interdiction de ces pesticides la dernière fois qu’une telle bataille avait eu lieu au Sénat, et qui prévoient déjà de faire annuler ces nouveaux amendements salutaires.

Seule une pression massive et immédiate des citoyens pourra faire pencher la balance.

C’est pour ça que je fais appel à vous, de toute urgence : s’il vous plaît, transférez sans attendre ce message à vos amis et vos contacts, et demandez-leur de signer dès maintenant leur pétition aux sénateurs de leur département en utilisant l’outil de pétition que nous avons préparé ici.

A force de sonner le tocsin et mobiliser les citoyens, nous avons déjà pu faire envoyer 250 000 messages de pression aux sénateurs français. Certains nous ont assuré leur vote, mais pour convaincre les autres, nous devons doubler ce chiffre dans les prochaines 48h.

Il n’y a pas une minute à perdre : le vote a lieu jeudi. Après, il sera tout simplement trop tard.

Aidez-nous à mettre une pression assez forte sur les sénateurs pour les obliger à adopter cette interdiction qui mettra enfin un terme à plus de vingt ans de massacre intensif des abeilles au profit de l’industrie agrochimique.

Merci par avance de votre mobilisation dans ce combat crucial pour sauvegarder les abeilles et la nature.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

Pollinis Association Loi 1901

143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org

Seule une pression massive des citoyens obligera les sénateurs français à adopter l’amendement StopNeonics et à interdire, pour de bon, les pesticides tueurs d’abeilles.

Envoyez vite votre message aux sénateurs de votre département !

Cela ne vous prendra que deux minutes, et sera déterminant pour arrêter le massacre des abeilles, et accélérer le passage vers une agriculture propre et pérenne, respectueuse de la nature et des pollinisateurs dont elle dépend.

Cher ami,

L’année démarre sur les chapeaux de roues : d’ici quelques jours, le Sénat va examiner le projet de loi qui contenait, souvenez-vous, l’amendement StopNeonics interdisant les pesticides néonicotinoïdes tueurs d’abeilles.

Sans une pression massive et immédiate des citoyens sur les sénateurs français, cette mesure salutaire pour les abeilles et l’environnement passera à la trappe.

L’enjeu est capital. Et pas seulement pour la France :

Car si nous gagnons la bataille en France, dans l’un des grands bastions de l’agriculture industrielle, il sera beaucoup plus simple ensuite d’obtenir l’interdiction des pesticides tueurs-d’abeilles au niveau européen.

C’est pourquoi je vous demande de signer de toute urgence votre pétition à destination des sénateurs de votre région, en utilisant le système de pétition en ligne que nous avons préparé : cliquez ici.

Un petit rappel des faits est peut-être nécessaire :

En mars dernier, l’Assemblée nationale adoptait un amendement au projet de loi « Biodiversité » (1), interdisant purement et simplement les pesticides néonicotinoïdes sur le sol français au 1er janvier 2016.

Pour tous les citoyens et associations qui militent depuis des années pour l’interdiction de ces pesticides mortels pour les abeilles, l’initiative courageuse des deux députés qui avaient déposé l’amendement était une vraie lueur d’espoir !

Seulement voilà : à peine arrivé au Sénat, l’amendement a été immédiatement enterré par une poignée de sénateurs en commission Développement durable (2). Depuis lors, notre équipe bataille pour le faire redéposer : un projet de loi nommé « Biodiversité », qui serait indifférent au sort tragique des abeilles – le maillon-clef de la chaine alimentaire ! – c’est totalement aberrant et incohérent !

Grâce à une première vague de mobilisation des membres de POLLINIS, où près de 180 000 citoyens ont envoyé une salve de messages-pétitions aux sénateurs de leurs régions, plusieurs sénateurs sont prêts à nous soutenir (3) et à réintroduire cet amendement en faveur des abeilles et d’une agriculture respectueuse de la nature et des pollinisateurs dont elle dépend.

Mais pour convaincre les autres, et mettre une pression déterminante sur l’ensemble de l’hémicycle pour que, le jour du vote, l’amendement StopNeonics – qui nous débarrassera vraiment de ces pesticides tueurs d’abeilles – soit adopté, nous devons faire déborder les boîtes mail des sénateurs de messages de protestation.

C’est pour cela que je vous demande d’envoyer, dès maintenant, votre message-pétition aux sénateurs de votre région en cliquant ici.

Vous n’avez pas besoin de faire de recherches pour connaître le nom des sénateurs que vous devez interpeller : entrez simplement votre code postal dans le formulaire que nous avons préparé, et la liste des sénateurs de votre région s’affichera automatiquement.

Vous n’aurez plus qu’à valider pour que votre message soit envoyé pour vous.

Nous avons mis en place ce système simple, qui ne prendra pas plus de 2 minutes de votre temps, pour qu’un maximum de personnes puissent participer.

Alors s’il vous plaît, prenez 2 minutes pour les abeilles : signez dès maintenant votre pétition aux sénateurs, et transférez ce message à un maximum de personnes autour de vous, pour nous permettre de rallier des dizaines de milliers de signatures supplémentaires !

C’est le meilleur moyen, et peut-être même le seul, de mettre une pression assez forte sur les sénateurs pour les obliger à adopter cet amendement qui mettra enfin un terme à plus de vingt ans de massacre intensif des abeilles au profit de l’industrie agrochimique.

L’adoption de cet amendement créera un précédent en Europe qui obligera la Commission européenne à s’aligner : si vous n’êtes pas résident Français, vous êtes quand même concerné ! Vous pouvez agir en signant la pétition de soutien à cette campagne, comme l’ont déjà fait des milliers de citoyens Belges, Suisses, Allemands, et d’un peu partout en Europe.

Un grand merci d’avance !

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

POLLINIS​

(1) AMENDEMENT N°754 (Rect) déposé le 12 mars 2015

(2) Reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages – Examen du rapport et du texte de la commission de l’Aménagement du territoire et du développement durable au Sénat

(3) Pour voir les réponses des sénateurs, cliquez ici

POLLINIS Association Loi 1901

143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org

Des ingénieurs ont peut-être trouvé un moyen de localiser et détruire les nids de frelons asiatiques. Cette invention pourrait stopper la prolifération de ce prédateur en France et en Europe, et l’empêcher d’exterminer des millions d’abeilles.

Aidez-nous à concrétiser le projet et sauver des milliers de colonies d’abeilles supplémentaires !

Cher ami, chère amie,

Avez-vous déjà eu l’occasion d’observer la méthode de chasse impitoyable du frelon asiatique lorsqu’il s’attaque aux abeilles ?

Un bataillon d’une dizaine de frelons se met en formation devant l’entrée de la ruche. En vol stationnaire, les chasseurs guettent avec attention le moindre mouvement provenant de l’intérieur…

Dans la ruche, c’est l’émoi : les abeilles savent bien ce qui les attend si elles s’aventurent hors des murs protecteurs de leur abri. Et pourtant, il faut bien aller butiner, pour récolter le pollen nécessaire à nourrir les larves, et le nectar essentiel pour produire les réserves de miel qui assureront la survie de la colonie.

Quelques abeilles courageuses se dévouent et tentent une sortie. Elles sont immédiatement attrapées au vol par les frelons en embuscade, instantanément décapitées, et leurs corps ramenés au nid pour être dévorés par la progéniture frelone.

Puis l’escouade se remet en place devant la ruche, et renouvelle l’opération. Les abeilles n’ont aucune chance face à ces prédateurs, 2 fois plus grands qu’elles et organisés en véritable commando !

On estime qu’un seul nid de frelons asiatiques près d’un rucher peut l’anéantir en quelques semaines.

Pour les apiculteurs, c’est l’horreur : ils n’ont aucun moyen de protéger leurs abeilles de ces attaques !

Ils peuvent toujours essayer de piéger les frelons un par un (en essayant de ne pas se faire piquer), mais les larves grandissent vite : l’armée de frelons se reconstitue à toute vitesse, et il suffit de quelques jours pour que le bataillon de chasseurs soit de nouveau en embuscade devant les ruches.

Pour vraiment se débarrasser de ces nuisibles, il faut détruire leurs nids. Seulement voilà : non seulement ils sont savamment dissimulés, et pratiquement impossibles à localiser, mais en plus on ne dispose à l’heure actuelle que de moyens chimiques très polluants pour les neutraliser !

C’est pour tenter de résoudre ce problème qu’une équipe s’est mise en place, aux côtés de Pollinis, pour élaborer un système de repérage et de destruction des nids de frelons asiatiques. Et nous faisons appel à vous, aujourd’hui, pour nous aider à concrétiser ce système.

Introduit « par erreur » en France en 2004, le frelon asiatique met en péril l’écosystème déjà fragilisé par les mauvaises pratiques de l’agriculture intensive. Espèce non endémique, il remet en cause les rapports proie-prédateur traditionnels, et menace l’ensemble de la biodiversité française.

Surtout, en s’attaquant aux colonies d’abeilles – déjà bien affaiblies par les produits chimiques déversés dans les champs, les parasites, et la perte de diversité de la flore agricole ! – le frelon asiatique est un risque supplémentaire de voir s’effondrer les colonies d’abeilles.

Et avec elles, le potentiel de pollinisation indispensable pour maintenir les cultures et sécuriser l’alimentation de toute la population.

Il ne s’agit pas seulement d’un nuisible dont il faut se protéger pour éviter la piqûre – par exemple, lors des repas d’été en terrasse – comme c’est le cas avec le frelon européen.

Ici, l’enjeu est bien plus grave : sans les abeilles et leur travail de pollinisation, quel avenir laissons-nous à nos enfants ? Comment pourront-ils se nourrir convenablement et rester en bonne santé, si l’équilibre fragile qui permet la reproduction des plantes dont nous avons besoin est détruit ?

Vous le savez aussi bien que moi, il y a beaucoup de choses à faire pour sauver les abeilles. Les protéger de prédateurs comme le frelon asiatique, capable de décimer les colonies en quelques jours, en fait partie.

Mais comme je vous l’ai dit, les apiculteurs ont beau lutter avec acharnement contre ces nuisibles, ils reviennent toujours en surnombre prendre les abeilles en embuscade devant les ruches – tout ça parce qu’on a le plus grand mal à trouver et détruire leur nid !

L’équipe d’ingénieurs et d’apiculteurs avec laquelle travaille Pollinis a peut-être trouvé un système efficace pour repérer et détruire proprement – sans produits chimiques – les nids de frelons. Mais pour concrétiser leur travail, il faut trouver très vite 40 000 euros.

C’est un budget, mais si le système fonctionne, ce sont des centaines de milliers de colonies d’abeilles qui seront épargnées !

Guillaume Losfeld, François Espinet et Jérémie Laurent, les trois ingénieurs polytechniciens de l’équipe, ont travaillé pendant près de trois ans sur des systèmes de localisation et de destruction « propres » des nids de frelons asiatiques, qui pourrait être manipulé par tous les apiculteurs, et à moindre coût.

Après plusieurs tentatives, ils se sont finalement inspirés d’abeilles asiatiques, Apis ceranae, qui contrairement à leurs cousines européennes savent se défendre contre le frelon asiatique : elles forment une boule autour du frelon, et en agitant leurs ailes, produisent une chaleur et une humidité qui, sans doute combinées à un effet d’écrasement, sont fatales à l’agresseur. C’est la technique dite du “thermo-balling”.

Les ingénieurs ont donc imaginé une technique leur permettant d’introduire une chaleur intense directement à l’intérieur du nid de frelons, à l’aide d’une perche télescopique à longueur modulable (pour atteindre même les nids perchés en hauteur dans les châtaigneraies et les pinèdes) et d’une tête foreuse (pour entrer dans le nid).

Cette invention, pratique, facile à utiliser et peu coûteuse, permettrait à des milliers d’apiculteurs de protéger leurs ruches contre l’invasion de frelons asiatiques. Comme aucun produit chimique n’est utilisé, la nature n’est pas endommagée par cette pratique, et les oiseaux peuvent se nourrir des frelons ainsi neutralisés.

C’est pour développer ce système et permettre l’aboutissement du projet que je vous écris aujourd’hui, pour vous demander votre aide, et votre soutien dans ce projet indispensable pour stopper la prolifération de ce prédateur en France et en Europe, et protéger durablement les abeilles.

Les premières phases de recherche qui ont permis d’arriver à cette invention ont été prises en charge par POLLINIS depuis deux ans. Afin de produire ce système à bas coût pour les apiculteurs et tous ceux qui en ont besoin (communes, particuliers…), il faut trouver encore les 40 000 euros dont je vous ai parlé, notamment pour une machine qui permet de fabriquer les composants sur mesure.

Pour financer cette étape indispensable, et permettre la concrétisation du projet, nous faisons appel à vous : ce projet pourrait avoir un impact positif déterminant pour la survie des abeilles en France et en Europe.

Mais sans financement, il tombe à l’eau, et avec lui le meilleur espoir qu’on ait, à l’heure actuelle, de débarrasser les abeilles de ce prédateur impitoyable.

C’est pourquoi je vous demande, si vous le pouvez, de nous aider par votre don à concrétiser le système de localisation et destruction des nids de frelons asiatiques mis au point par les ingénieurs.

Vous pouvez donner 5 euros, 20 euros, 50 euros, 200 euros, ou tout autre montant qui vous paraît approprié. L’important, c’est que chacun participe, selon ses moyens, à empêcher la prolifération du frelon asiatique, pour l’empêcher d’exterminer des colonies entières d’abeilles à travers la France et l’Europe.

Chaque contribution, même petite, est utile pour nous permettre de lancer au plus vite la concrétisation du système.

Cliquez ici ou sur le bouton ci-dessous pour accéder à la page spéciale de financement de ce projet.

Je vous remercie par avance pour votre soutien dans cette avancée essentielle pour protéger l’écosystème dont dépend notre alimentation, notre santé, et celles des générations futures.

Bien cordialement,

Nicolas Laarman

Délégué général

Pollinis

_________________

​Crédit photo : © Biosphoto / Pascal Goetgheluck

Pollinis Association Loi 1901

143 avenue Parmentier – 75010 Paris www.pollinis.org

2 réflexions au sujet de “LA DÉFENSE DES ABEILLES”

  1. Petite participation à votre article : plasticienne j’ai réalisé une nouvelle série sur le thème des abeilles. Cette série de dessins aux crayons de couleur évoquant, par une suite d’abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture. A découvrir :
    https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html

    Mais aussi, en lien direct, une réflexion sur l’utilisation des produits phytosanitaires : https://1011-art.blogspot.com/p/hommage-magritte.html

    Ces séries seront présentées dans le cadre des Rencontres Philosophiques d’Uriage en octobre 2019 répondant à la question « L’art peut-il changer le monde ? »

  2. J’aimerais que les apiculteurs se battent pour aider OSMOBIO à obtenir son autorisation de mise en marché.
    OSMOBIO ? L’alternative écologique au glyphosate. Elle est française, tout aussi efficace, inoffensive pour la nature et pour la santé mais… elle n’arrive pas à obtenir son agrément. Alors que le glyphosate est reconduit pour 5 ans. C’est incompréhensible.
    Pour en savoir plus : https://www.osmobio.com/osmobio-alternative-glyphosate/
    Merci pour vos actions !
    Bien cordialement,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.