LE GENRE DANS LA DIVINITÉ

IMG_9537 copyUne question qui m’a été posée avec persistance dans les derniers jours demande pourquoi je donne au Créateur le genre masculin, celui du Père.  

Dans la spiritualité des Premières Nations le Créateur, le Grand Esprit, se reconnaît par ses œuvres, la Création. Il est masculin parce qu’il est non matériel, invisible, comme le ciel avec lequel il est parfois associé à cause de ces attributs. N’ayant pas de présence physique, mais étant l’Intelligence primordiale qui sous-tend toutes choses, nous attribuons à sa présence la même fonction que celui du père, soit l’énergie qui féconde, mais que nous ne voyons pas.  La femme porte l’enfant qui est visible, bien physique. Nous savons que la semence du père est présente, mais elle est invisible. La terre-mère est ainsi associée à la femme, car elle est fécondée par le Père Celeste. Nous voyons les étoiles et le soleil et nous savons que leur action produit la vie en fécondant la terre mère et en faisant jaillir toutes les plantes et les arbres qui a leurs tours nourrissent toute vie. Ils habitent le ciel qui est vastitude immatérielle qui n’a pas de couleur, d’odeur, de texture ou de taille.

Dans un autre ordre d’idées, nous attribuons aussi à la manifestation divine un aspect ternaire, trinitaire de: l’homme, volonté d’être, de mère, amour compassion et l’enfant, intelligence créatrice. Ici le Divin est tour à tour masculin, féminin et le fruit de l’union des 2 polarités.

Anastasia aussi, personne qui pour moi est la plus évoluée est la plus pure de toute la planète, et qui communique directement avec le Grand Esprit, ce qui est très très très rare, parle de notre Père divin, l’Intelligence qui nous a créés et qui nous aime comme ses enfants adorés. La contrepartie féminine de cette énergie pour Anastasia se nomme amour. C’est la femme qui incarne le mieux ces énergies et qui permet la manifestation de toute vie sur terre.

À ma connaissance toutes les spiritualités de la terre ont un symbolisme similaire. La grande déesse mère, qui se manifeste dans les océans, dans la terre-mère, dans Grand-mère Lune, dans les déesses féminines que sont La Femme Bisonne Blanche, Canone Bosatsu, Kuan Yin, la Vierge Marie, Aphrodite et les autres innombrables incarnations de la Grande Déesse est bien présentes dans toutes les spiritualités du monde également. Les deux polarités sont présentes en toutes choses et c’est leurs interactions et partages qui produisent la vie.  L’un n’est pas plus important que l’autre, les deux polarités sont essentiels et nécessaires à la vie.

Nous voudrions échapper à l’identification du genre en français que cela ne serait pas possible. Toute chose, mais inanimé est dotée d’un genre dans la langue française. La chaise, le couteau bien que ces deux objets ne sont pas vraiment ni féminin, ni masculin. En anglais nous avons un autre genre qui n’est pas sexué, « the chair, the knife, its this way or that way » mais là encore le genre attribué à Dieu « God » est masculin.  Mais il y a aussi « Goddess » déesse.  

Une de mes enseignantes, une femme d’une puissance incroyable, chamane guerrière du peuple Teneh (Apache) dit souvent : « Il est temps que Dieu le Père prenne des vacances, c’est au tour maintenant de la Déese Mère! » Effectivement, il est temps que les femmes affirment leur pouvoir et leur volonté de purifier la terre et l’humanité. Si demain matin les femmes refusaient de porter les enfants de ceux qui travaillent pour la destruction et la guerre, les guerres cesseraient rapidement partout sur la planète. C’est pourquoi mes plus grands maîtres sont tous des femmes. Nous en sommes à une époque où la femme doit reprendre la direction des gouvernements et des institutions, à l’instar des sociétés matriarcales des Premières Nations des Amériques. Mais là encore nous voyons de quelle manière certaines nations géraient les responsabilités de gouvernance. Chez les Iroquoisiens c’est les Grand-mères qui choisissaient les chefs. Elles surveillaient les enfants et formaient ceux qu’elles voyaient avaient plus de compassion et de justice en eux. Ces garçons devenaient les chefs, les animateurs des conseils des communautés. Et s’ils devenaient corrompus, les Grands-mères avaient le pouvoir de les démettre de leurs fonctions. 

Bref, il y a deux polarités en ce monde et de leurs unions toute vie est créée. À ce titre elles sont égales et complémentaires. Nul besoin de se sentir lésés si certaines forces et influences divines sont dotées du genre masculin dans le langage que nous utilisons pour tenter de les définir et de les comprendre.

Paix, Amour et Joie

Aigle Bleu

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.