LE SENS DE LA SOUFFRANCE

paradis (1)

Beaucoup de personnes aujourd’hui, malgré le progrès et la science, parlent de la difficulté de vivre. Ils parlent du besoin de fuir un monde où il y a agressivité, autoritarisme, violence, non-respect de la personne, injustices, restriction des libertés, familles où l’amour vrai est ignoré pour mieux se conformer à un système qui n’a rien à faire de nos besoins affectifs, bafoués par un système d’éducation élitiste, par des fonctionnaires indifférents, bref toute l’illogisme et la méchanceté de l’homme conditionné et programmé par le système technocratique dans lequel nous vivons. J’entends tant de voix qui parlent de la souffrance de vivre dans un monde où cette ignorance et cette violence sont institutionnalisées et où les lois nous conduisent à l’esclavage et la destruction de la nature. L’incompréhension indignée que ses conditions soient maintenues par des gouvernements dirigés dans l’ombre par les puissances financières mondialistes. Oui c’est dur, particulièrement lorsque c’est notre famille qui adhère à ce système et en profite pour manifester un autoritarisme et un laxisme égoïste et polluant. Comment vivre dans de telles conditions ?

Il est un fait que nous ne pouvons changer personne. Chaque personne est bénie d’une qualité extraordinaire qui a été donnée uniquement à l’Homme : le libre arbitre. La seule chose que nous pouvons changer c’est nous, c’est notre mode de vie, c’est notre manière de vivre. Comme disait une aînée chamane guerrière de la nation apache, OhShinnah Fastwolf, la seule chose que nous pouvons vraiment offrir au monde c’est la manière dont nous vivons nos vies. La seule façon de prêcher, c’est par l’exemple.

J’ai choisi depuis longtemps de ne pas fréquenter ma famille et tous ceux qui ne marchent pas sur le sentier de la beauté. Ce n’était pas possible pour moi de maintenir une énergie propre et une attitude sereine dans les ambiances qui se créent lorsque la famille et les amis se rencontrent pour fêter ceci ou cela dans une superficialité mondaine. Mon mode de vie est solitaire, je vis comme un ermite, et souvent lorsque vient le weekend les seules personnes qui m’entendent parler sont celles qui lisent le blogue. De cette manière j’ai réussi à vivre pleinement mon mode de vie et les œuvres qui en émanent inspirent des centaines, des milliers de personnes. Je ne suis pas malheureux dans ma solitude au contraire, je peux écouter le silence où chantent les oiseaux, bruissent les arbres et humer les essences des fleurs qui embaument mon jardin. Toutes ces voix me parlent et me racontent les principes de celui qui m’aime inconditionnellement, sans limites et en toute pureté, le Grand Esprit. Il/Elle a créé un monde d’une infinie beauté pour tous les Hommes/Femmes. Sur mon mini domaine, Sa volonté et Ses lois deviennent apparentes et là je trouve sagesse, santé et force au quotidien.

Cette solitude me donne beaucoup de temps pour écrire, composé des musiques et des fragrances qui peuvent allumer la conscience de ceux qui pourraient marcher sur le sentier de la beauté. Toute ma vie est consacrée à l’œuvre de guérison de la terre et de son Humanité consciente. Je ne suis pas seul, loin de là, à vouloir co créer le paradis sur terre. Dans cette voie j’ai trouvé ma paix et cela m’aide à me purifier et me guérir des conditionnements et programmations qui m’ont été imposés au sein du système technocratique. Car j’ai vécu la même vie que chacun d’entre nous. Je n’ai pas eu de parents ou de grands-parents, de guides ou de maître pour me montrer le chemin. J’ai dû le trouver et y marcher par moi-même. Ainsi, j’ai fait un nombre incalculable d’erreurs. Les seules personnes qui ne cassent jamais la vaisselle sont celles qui ne font jamais la vaisselle ! J’ai fait beaucoup d’erreurs, mais j’ai eu le mérite de toujours marcher sur le sentier sans jamais dévier et ne jamais m’abaisser à accepter les mensonges du système technocratique. Et maintenant, le paradis tranquillement s’épanouit autour de moi.

C’est la seule chose que je peux faire pour vous aider. Mon témoignage est la seule manière qui est permise pour répondre à ces cris et ces pleurs que j’entends la nuit et qui me parviennent dans vos commentaires, vos courriels et vos voix. Oui, la vie est dure, mais nous sommes Hommes, Femmes, nous avons le pouvoir de co création et le libre arbitre. Le pouvoir d’un Homme est incommensurable, sans limites… Les forces de l’ombre ont fait le maximum pour éteindre et éliminer ce pouvoir et faire de nous des bio robots sans âme, mais ils n’ont pas réussi. La preuve c’est notre souffrance. Le dieu et la déesse en nous, fils et fille du Grand Esprit, souffre de se voir dans des conditions qui ne sont pas celles de la création d’une infinie beauté, mais les pollutions et illogismes d’un système aveugle, violent et sclérosé. La conscience de notre souffrance est la preuve que le système n’a pas réussi à nous voler notre âme. Et cette âme est directement lié et en connexion avec le Grand Esprit.

La souffrance et la maladie sont la conversation de l’Homme avec le Divin. C’est cela qui nous indique que nous et/ou notre environnement humain ne sommes pas en harmonie avec les lois du monde, ceux de la nature. C’est cela qui nous indique le chemin, pour nous aider à marcher de nouveau sur le sentier de la beauté, dans la santé et la béatitude de la co création. Ainsi, malgré que cela peut sembler un paradoxe, notre souffrance nous conduit vers ce qui est vrai et bon, vers la joie, la paix et l’amour.

C’est pourquoi aussi il ne faut pas tomber dans les dépendances et divertissements qui masquent la souffrance, mais l’accepter pour mieux comprendre les leçons qu’elle comporte. Ce n’est pas un chemin facile… mais c’est celui de la pleine conscience. Nos pas sur le chemin de la conscience nous mènent vers le bien et le beau et aux vérités et réalisations qui sont éternelles. Notre âme est éternelle. Ainsi, tous nos pas sur le chemin de la conscience restent avec nous pour toujours. C’est cela la vraie richesse !

Amour et Joie, de mon cœur au vôtre

Aigle Bleu

10 réflexions au sujet de “LE SENS DE LA SOUFFRANCE”

  1. Merci beaucoup Aigle Bleu pour ce partage authentique de votre coeur sur la compréhension de la souffrance.
    Vos paroles sont une source de force dans ma traversée de souffrances actuelles.
    Merci pour ce partage de Sagesse.
    Je vous souhaite un bel été dans votre lieu de paix.
    Pascale

    Répondre
  2. Merci Aigle Bleu pour ces paroles et ce partage venant du vécu. J’aime la nuance en anglais entre aloneness et loneliness.
    Etre confortable dans le silence avec soi-même et en même temps connecté au Vivant. Ne pas faire de bruit c’est aussi participer à la Beauté. Je vous souhaite encore beaucoup de jours dans la paix et en pleine santé.

    Répondre
  3. Cher Aigle Bleu!
    J’aime bien lire vos réflexions car cela m’aide à poursuivre ma Mission de vie !
    Je suis accompagnateur en fin de vie et côtoie souvent la souffrance de personnes qui rendus au bout de leur chemin de vie se retrouve face à une réalité dans laquelle ils ne trouvent que peu de réponses !
    Je suis privilégié de pouvoir écouter et partager quelques moments de vérité avec ces êtres humains dans la détresse psychologique et Vous êtes une grande inspiration pour moi !
    Vos écrits me sont précieux car ils me ramènent à l’essentiel !

    Merci!

    Roger

    Répondre
    • Cher Roger, Premièrement merci pour un témoignage qui me touche.
      Tous les êtres sur le chemin ardu et étroit du spirituel, font un jour un séjour à soigner les mourants. C’est un grand privilège et un enseignement puissant sur la périnnité de l’esprit.

      Répondre
    • Magnifique votre présence et vos ressentis ! oui l’essentiel …l’essence divine si infime et subtile. Les paroles, écrits, présence de Aigle bleu la transpire entre chaque mot cette respiration -silence nous y ramène …. Gratitude infinie à vous Dominique

      Répondre
  4. Gratitude pour ce beau moment partagé par ces mots,nous sommes nombreux j’en suis sûre sur le chemin , plein de courage à tous, pour le collectif !!!!!!
    Bien cordialement
    Martine

    Répondre
  5. Bonjour et merci.
    Finalement après toutes ces années passées en votre compagnie, je suis contente de pouvoir communiquer directement avec vous par le biais de ce blog.
    Malheureusement je n’ai pas eu la possibilité comme vous de vivre comme un ermite, mais disons que j’ai fait en sorte d’être une ermite qui vit au milieu des autres… très difficile au départ, mais j’ai réussi.
    Bonne vie !
    Evelyne

    Répondre
  6. Merci merci pour ce beau texte . Vous savoir là, même loin dans l’espace, mais reliés par vos textes me fait un baume au coeur. Il faut aussi beaucoup de courage pour une vie en solitaire même si elle comble cette reliance au Grand Tout mais le quotidien ne doit pas toujours être facile ?! Je vous envoie mes plus chaleureuses pensées

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.